Attention à la dépression saisonnière !

Avec l’arrivée de l’automne, les jours raccourcissent, les températures chutent et peut-être que, comme des millions de personnes, vous ressentez comme un gros « coup de blues ».

Pour la plupart des personnes, ces sentiments moroses sont passagers et il n’y aucune raison de s’inquiéter.

Mais pour certains d’entre nous, ils peuvent se transformer en une véritable dépression saisonnière qui durera de longs mois et pourra même déboucher sur une dépression sévère.

Une nouvelle étude de l’Université de Copenhague suggère que la sérotonine – également appelée « l’hormone du bonheur » -, dont l’action varie selon les saisons, a une influence décisive dans le déclenchement de ces états dépressifs plus ou moins passagers et plus ou moins graves.

Petit coup de blues ou véritable dépression ?

La dépression saisonnière est une forme de dépression que l’on trouve fréquemment dans les régions où le climat est nuageux.

Pour la plupart des personnes qui en souffrent, elle dure entre 5 et 7 mois (d’octobre à avril).

Les femmes représentent environ trois quarts des cas, mais les hommes qui sont concernés sont touchés encore plus profondément.

Pour les personnes concernées, il est souvent difficile de savoir si l’on souffre d’un simple coup de blues ou d’une véritable dépression.

Voici donc les principaux signaux qui doivent vous alerter :

    • vous vous sentez morose, lassé, irritable ;
    • vous avez moins envie de sortir, de voir des gens, de faire les activités que vous faites généralement volontiers ou avec plaisir ;
    • vous vous sentez moins énergique que d’habitude, vous tombez facilement malade. Des études ont prouvé que la dépression affaiblissait le système immunitaire et donc notre capacité à résister aux infections ;
    • vous préférez passer plus de temps sous la couette ou cloîtré chez vous ;
    • dans certains cas, la dépression saisonnière peut également se manifester par l’apparition de troubles alimentaires : envie de manger en plus grande quantité, de manger plus gras et plus sucré, de grignoter de manière compulsive, comme si vous deviez faire des réserves pour faire face à vos angoisses ;
  • certaines dépressions saisonnières sévères entraînent même des pensées noires et suicidaires.

Pour les personnes en situation de fragilité psychologique (tendance dépressive, stress, angoisse) ou sociale (ayant récemment vécu une épreuve ou qui sont isolées…), le changement de saison peut devenir le facteur déclencheur ou aggravant d’épisodes dépressifs majeurs avec des conséquences familiales, sociales et professionnelles beaucoup plus graves.

Il est donc très important d’être à l’écoute de vos émotions en cette période de l’année et de prendre les devants si vous ressentez les effets de l’arrivée de la saison froide sur votre moral.

Des recherches ont en effet montré qu’il était possible d’agir en augmentant naturellement votre taux de sérotonine.

La dépression saisonnière s’expliquerait par un déficit en sérotonine

Une des raisons pour lesquelles les gens souffrent de dépression saisonnière est que la diminution du temps d’exposition à la lumière du jour à l’automne déclenche une sorte de bouleversement de notre rythme circadien – notre horloge biologique interne – et de notre équilibre hormonal.

De nombreux scientifiques pensent que la lumière du soleil joue un rôle essentiel dans la production du cerveau de certaines substances hormonales qui elles-mêmes influencent notre humeur et notre sommeil.

C’est le cas notamment de la sérotonine, également appelée 5-hydroxytryptamine (5-HT).

La sérotonine est un messager biochimique qui permet la transmission des informations d’un neurone à un autre.

Elle joue un rôle primordial dans de nombreuses fonctions physiologiques essentielles telles que le sommeil, l’appétit, la mémoire, l’apprentissage, la régulation de la température corporelle, la libido, la fonction cardiovasculaire, la contraction des muscles ou encore la régulation endocrinienne.

Par son action, elle favorise les sensations de bien-être, de calme, de sécurité personnelle et de confiance.
Elle renforce également les capacités de relaxation et de concentration.

L’augmentation des niveaux de sérotonine dans le cerveau pourrait donc permettre de réduire les symptômes de nombreuses personnes souffrant d’état dépressif, de fatigue, d’anxiété, de maux de tête, d’insomnies et de troubles alimentaires associés.

La bonne nouvelle est qu’il existe des solutions naturelles qui permettent l’augmentation du taux de sérotonine.

Augmentez votre taux de sérotonine grâce à l’alimentation

On peut augmenter légèrement son taux de sérotonine via l’alimentation.

Ainsi, le tryptophane est un acide animé qui, une fois absorbé via l’alimentation, est transformé en 5-HTP (5-hydroxytryptophane) qui lui-même est transformé ensérotonine.

Pour augmenter votre taux de sérotonine, vous devez donc soit apporter du tryptophane, soit le précurseur direct de cette substance : le 5-HTP que l’on trouve en grande quantité dans les graines du griffonia, une plante originaire d’Afrique de l’Ouest.

Vous pouvez trouver du tryptophane dans les aliments riches en protéines (viande, volaille, poisson, produits laitiers, légumineuses, noix). Il est conseillé de manger ces aliments crus car le tryptophane est détruit s’il est cuit trop longtemps ou s’il est exposé à une chaleur trop intense.

Le tryptophane est l’acide aminé le moins abondant. Une alimentation normale en apporte généralement entre 0,25 g et 1,5 g par jour.

Par ailleurs, selon les aliments, le tryptophane n’est pas toujours bien absorbé ni utilisé au niveau cérébral. La barrière hémato-encéphalique qui empêche les toxines de pénétrer dans le cerveau bloque également en grande partie le tryptophane.

Au final, le cerveau reçoit généralement moins de 1% du tryptophane issu de l’alimentation, soit une quantité beaucoup trop faible pour augmenter efficacement la production naturelle de sérotonine dans votre cerveau.

Afin d’obtenir une réelle efficacité, il est donc préférable de prendre 500 mg par jour de tryptophane sous forme de comprimés ou gélules, ce qui correspond à une quantité 500 fois supérieure à ce que vous pouvez ingérer pendant vos repas.

Mais il existe une solution encore plus efficace pour augmenter la production de sérotonine dans votre cerveau : apporter directement du 5-HTP à votre cerveau.

Ainsi vous économisez une étape dans le processus de fabrication de la sérotonine (celle de la transformation du tryptophane en 5-HTP) et vous augmentez vos chances de parvenir à un résultat.

5-HTP : le précurseur direct de la sérotonine

Le 5-HTP est un acide aminé que notre organisme fabrique à partir du tryptophane.

Il traverse alors la barrière hémato-encéphalique et se transforme dans le cerveau en sérotonine.

Plusieurs études ont permis d’observer les effets du 5-HTP pour restaurer les niveaux de la sérotonine.

Par son action, il améliore l’humeur générale, la dépression, l’anxiété, l’insomnie, le contrôle de l’appétit, les maux de tête chroniques et même la fibromyalgie.

Des vitamines B pour agir contre la fatigue et augmenter les effets du 5-HTP

L’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a confirmé que l’apport nutritionnel en vitamine B3 (niacine) a des bienfaits démontrés sur la santé en contribuant notamment :

    • au fonctionnement normal du système nerveux ;
    • au fonctionnement psychologique normal ;
  • à la réduction de la fatigue et de l’asthénie.

L’EFSA a également confirmé que l’apport nutritionnel en vitamine B6 contribue :

    • au fonctionnement normal du système nerveux ;
    • à la régulation de l’activité hormonale ;
    • à la réduction de la fatigue.

Grâce à ces apports quotidiens en 5-HTP, vitamine B3 et vitamine B6 :

    • vous favorisez la production naturelle de sérotonine par votre cerveau ;
    • vous facilitez ainsi chez vous la libération de sentiments positifs de joie, de sécurité, de plaisir et de bien-être en rétablissant un équilibre hormonal optimal ;
    • vous améliorez votre sommeil en synchronisant votre horloge biologique interne au rythme jour/nuit spécifique de la saison hivernale ;
    • vous vous sentez plus détendu et confiant envers les autres et envers l’avenir ;
  • vous avez davantage envie de sortir, d’aller vers les autres et d’être actif.

Enfin, si vous êtes concerné(e) par la dépression en général ou par la dépression passagère, lisez notre dossier spécial consacré aux solutions alternatives efficaces pour mettre fin à votre tempérament dépressif. Cliquez sur ce lien pour y accéder.

(Si vous voulez fouiller et approfondir le sujet et pour accéder aux sources scientifiques auxquelles cet article fait référence, consulter cette page)