Comment aimer sans avoir peur ?

amour-mutuelCombien de fois avons-nous ressenti l’envie de donner son amour sans arriver à le faire?

Freiner l’amour au nom de l’insécurité et du doute est une protection que nous nous imposons devant un possible échec. Aimer serait-t-il un risque, un pouvoir en puissance, un droit ou tout simplement le plaisir de vivre ?

Tu l’auras compris, c’est sur le thème aussi compliqué que l’amour que je voudrais t’écrire aujourd’hui en particulier notre relation à l’amour. Mais il y a encore plus… J’ai préparé pour toi quelques conseils pour t’aider à aimer au quotidien.

Surtout, ne perds jamais de vue l’importance d’aimer sans peur. Le fait de ne pas faire cet effort pourrait déboucher à la longue sur une insatisfaction personnelle généralisée, l’hésitation et l’indifférence.

 Qu’est-ce que l’amour ?

L’amour revêt de très nombreuses formes : filial, conjugal, existentiel, c’est-à-dire l’amour à l’état pur, avec ce regard intense sur la vie, qui fait que tout s’illumine autour de nous lorsque le cœur essaie de tout attraper en même temps, pour se nourrir de bonheur, de contemplation, de plaisir et de joie, parce que l’amour est composé de tous ces ingrédients-là, capables de  transformer la vie à tout moment.

Mais, pourquoi cette peur d’aimer, puisque c’est elle qui impose ses limites. Cela paraît contradictoire de vouloir souvent freiner et limiter ce beau sentiment passionnel et complet.

Aimer sans peur ne veut pas dire tout donner ! L’amour n’est pas une mesure, mais une capacité, un pouvoir, une qualité humaine. Il est certainement le moteur de l’humanité. Il se cache parfois pour nous montrer des nuages, tel le soleil un jour de pluie. Mais l’amour et le soleil sont toujours présents, même cachés.

À propos, puisque je te parle de moteur, essayons ensemble de bien comprendre quel est celui que nous devrions activer pour pouvoir arriver à aimer sans peur.

Active la capacité d’aimer.

Pour aimer, il faut, premièrement, créer des liens.

Choisis un endroit calme et détends-toi. Pense à ton enfance et à un objet que tu aimais beaucoup. Sans aucun effort, tu vas très vite ressentir les émotions de plaisir que nous apporte les souvenirs quand ils servent de pont pour connecter à nouveau avec les liens auxquels nous sommes attachés.

Maintenant, fais le même exercice, mais en pensant à une personne qui t’était chère dans ton passé. Je t’invite à l’évoquer, à ressentir les émotions et les moments que tu as partagés avec cette personne que tu aimais tant.

Je suis sûr que ton cœur retrouvera le plaisir d’aimer en remémorant tous les moments agréables du passé. Repousse les sentiments de nostalgie, de mélancolie, de regret, de peine. Ce  sont des émotions tristes qui t’empêcheront de cultiver l’amour sans peur.

Laisse venir à toi les plus belles images d’amour de ta vie et prends plaisir à aimer dans le passé et dans le présent à la fois.

Mets en pratique tes sentiments d’amour.

Reprends l’exercice précédent et applique-le au présent sur des objets et des êtres qui te sont chers. Pense à tes actes d’amour auprès des personnes qui t’entourent et évalue aussi les réponses qui te sont accordées. Ce n’est pas la personne qui fera le plus d’étreintes qui t’aimera forcément plus intensément.

Seulement, il faut comprendre aussi que nous devons apprendre à extérioriser notre capacité d’aimer par des gestes qui vont établir le lien entre nous et les personnes aimées.  Aime sans avoir peur, fais parler ton cœur et surtout ne refuse pas les petits gestes amoureux de la vie au quotidien : aime et laisse-toi aimer sans peur. Aime dans le passé, mais surtout aime dans le présent.

Repousse la peur d’aimer.

L’amour est un élan, une énergie constante qui nous permet d’établir des liens constants avec les autres. On a tort de vouloir toujours considérer l’amour comme une émotion sentimentale entre deux personnes. L’amour est partout. C’est à toi de savoir le cultiver sans peur.

Souvent, lorsque nous entendons des personnes discuter et que le ton monte, l’énergie négative utilisée nous paraît sans limite. Contrairement à cela, l’être humain aurait tendance à être plus timide et plus prudent dans son compromis avec l’amour.

Prends l’habitude d’aimer sans peur tout ce qui te procure de la satisfaction et du plaisir dans le présent. Donne sans peur à ceux qui méritent ton amour. Aime ton entourage et cultive-le comme un trésor.

Prends le temps d’aimer.

C’est souvent dans la soirée que nous pensons à tout ce que nous avons fait dans la journée, mais aussi à tout ce que nous n’avons pas pu faire par manque de disponibilité. Nous sommes obligés de donner des priorités, comme par exemple, au travail d’une journée intense, à la préparation des repas, aux courses et aux multiples déplacements pour répondre aux besoins de la famille. Dans ce rythme accéléré, le temps disponible pour les relations personnelles est très souvent sacrifié. Il y a toujours un peu de temps pour prendre soin de soi-même et des autres, alors prends, toi aussi, le temps d’aimer sans peur, sans crainte. Donne priorité à l’amour pour toi-même et pour les autres.

Et, tu es tombé amoureux (se), maintenant comment faire ?

Quand nous tombons amoureux, l’intensité des sentiments nous incite à aller à l’encontre de la personne pour qui nous ressentons cet amour.

La personne aimée envahit tout d’un coup nos pensées d’une manière obsessionnelle et nous ressentons l’envie immédiate de vouloir satisfaire le désir d’une première rencontre en inventant de nombreuses stratégies, ceci malgré la peur tenace d’un éventuel refus.

Tomber amoureux est une expérience de plénitude lorsque le désir est réciproque, mais aussi une expérience frustrante lorsque la réciprocité n’a pas eu lieu. C’est une expérience complexe, difficile à comprendre dans sa totalité si nous tenons compte des insuffisances de la condition humaine dont l’état carentiel nous pousse à nous rapprocher les uns des autres dans le but d’atteindre la plénitude désirée.

La sensation de plénitude a pour effet de remplir le vide affectif, relationnel ou sensuel…

Tu as peut-être eu l’occasion de dire : « C’est parce que ça te manque que tu le veux! », ou de l’entendre dire avec désagrément à quelqu’un qui t’a blessé en parlant de la sorte.

Ce n’est pas facile du tout de reconnaître et de prendre en charge nos carences les plus intimes, même si nos désirs les plus légitimes y sont ancrés. Certains désirs sont le moteur de notre vitalité, puisqu’ils nous invitent à rencontrer les autres pour une relation amoureuse.

Si tu es amoureux-se, tu dois savoir que les couples traversent différentes étapes variables dans le temps.

1. La passion ou la fusion (du premier mois au 18ème, 30 mois maximum).

Pendant ce temps, les deux amoureux cherchent à être ensemble tout le temps, se sentent unis et sont fascinés par l’autre. Le couple vit dans l’affection mutuelle et la réciprocité. De plus, le désir et la passion sont vécus avec une imagination intense.

2. La relation et le lien (de 18ème mois à 3 ans).

L’affection mutuelle est le centre des sentiments ressentis par le couple, mais ils commencent aussi à vouloir être autonome. Le couple différencie le “toi et moi” du “nous” et devient plus souple. La relation n’est plus aussi passionnelle et c’est dans le partage de l’union qu’elle va se consolider. La relation devient moins symbiotique et va au-delà de l’amour physique. La relation amoureuse devient une proposition de vie à deux ou de créer un foyer.

3. La cohabitation (2ème et 3ème année).

Le lien sensuel est moins fort, l’amour devenant aussi le lien de compagnie dans le nid du foyer. On décore l’intérieur, on recherche le confort. L’amour se nourrit ici de solidarité, d’attachement amoureux. La familiarité et la routine peuvent engendrer quelques problèmes comme l’irritabilité et les disputes.

4. L’auto-affirmation (de la 3ème à la 4ème année).

La stabilité affective du couple permet pendant cette période de réaliser des activités séparément. Les besoins personnels doivent en effet être respectés, sinon ce sont les ressentiments et les problèmes d’identité qui s’installeront dans le couple. Jusqu`à présent, le couple avait découvert tout ce qui leur était commun : maintenant, ils commencent à observer leurs différences. Le couple pourra réaliser des activités indépendantes après avoir accepté et reconnu ces différences dans la confiance mutuelle.

5. La collaboration (de la 5ème à la 15ème année).

Le couple bâti sur des projets en commun, comme par exemple, les enfants, va connaître une période assez difficile lorsque ceux-ci vont vouloir s’émanciper. Les adolescents peuvent en effet provoquer des tensions. Si les projets devaient se faire en commun, le fait que chaque membre du couple ait le sien peut également créer des problèmes entre les deux conjoints.

6. L’adaptation (de la 15ème à la 25ème année).

Pendant cette étape, les couples doivent s’adapter aux changements externes: les enfants, les problèmes de santé dus à l’âge. C’est l’étape où les illusions font place aux réalités. Certains couples à la maturité prennent conscience de la vie qui s’écoule, angoissés par la peur de ne pas avoir le temps de tout faire. Lorsque cette phase coïncide avec la crise des 40 ans ou celle des 50 ans, le couple peut échouer ou bien se consolider en vivant une nouvelle routine sans enfants.

Ouvrage À Lire Sans Modération :

           

 Les langages de la réconciliation

de Gary Chapman  et Jennifer Thomas

commander-amazon