Comment modifier efficacement ses mauvaises habitudes?

 » Il y a quelque chose de pire que d’avoir une âme perverse. C’est d’avoir une âme habituée  »  Charles Péguy.

Cette citation du philosophe, nous invite à prendre régulièrement du recul vis-à-vis de nous-même, de notre manière de vivre et de notre posture vis-à-vis de nous-même mais aussi des autres. En bref, le philosophe souligne l’importance pour l’être humain de se remettre en question: ses préjugés, son éducation, des éléments de sa culture et même toute sa culture entière. Mais Charles Péguy questionne aussi la capacité de l’être humain à se reconstruire et à changer.

L’habitude, un automatisme acquis

L’habitude, en psychologie, désigne un comportement acquis par l’expérience et accompli régulièrement et automatiquement. Forgé dans les années 1940 par le psychologue américain Clark Hull (1884-1952), ce terme se réfère à des conduites corporelles et, dans une moindre mesure, aux automatismes verbaux et intellectuels. Les psychologues s’intéressent aux habitudes car elles sont un élément d’apprentissage ; elles peuvent également menacer le bien-être d’un individu et nécessiter un traitement.

Les psychanalystes envisagent les habitudes comme les expressions de pulsions agressives et érotiques. Lorsqu’on les réfrène, ces pulsions trouvent une échappatoire dans des comportements non productifs et répétitifs, dont les habitudes. À l’opposé, Clark Hull, théoricien de l’apprentissage, a défini les habitudes en termes de lois de conditionnement et de renforcement. Une majorité de psychologues considère aujourd’hui les habitudes comme des comportements appris ou conditionnés sur lesquels on n’a que peu de contrôle actif.

Les habitudes peuvent apparaître en réaction à des événements importants, tels qu’une blessure, et se reproduire lorsque les signaux ou les stimuli d’origine réapparaissent. En outre, l’habitude peut être influencée par les récompenses ou les punitions qui la suivent : un acte généreusement récompensé se transforme vite en habitude. Lorsqu’une habitude est bien installée, elle peut être déclenchée par des signaux différents de ceux qui l’ont tout d’abord créée, et n’a plus besoin d’une récompense fréquente ou importante. Elle peut finir par devenir sa propre récompense.

Les psychologues peuvent efficacement aider à briser les habitudes des individus qui se tirent les cheveux et les sourcils, se rongent les ongles, mangent trop, fument, boivent, ou s’exhibent. Chez les enfants, des habitudes d’autodestruction ou d’automutilation peuvent être modifiées par des thérapies comportementales ou des techniques de contre-conditionnement. Ces dernières augmentent le niveau de conscience de l’acte et interrompent son déroulement ; il perd ainsi son caractère d’acte naturel, cependant qu’on renforce un acte concurrent. La rupture avec une habitude indésirable est facilitée par la prise de conscience des avantages sociaux de cette décision. Dans les troubles mentaux graves, notamment les troubles obsessionnels ou compulsifs, les individus se sentent obligés de répéter des actions telles que se laver les mains ou éteindre la lumière.

Enfin, sachez que chacun est boulanger de sa vie comme l’a si bien dit un écrivain. Autrement dit, on peut devenir réellement la personne dont on rêve de devenir et ce, en un temps record: il suffit de posséder les clés de la transformation. La bonne nouvelle est que, une branche de la psychologie positive a fait des découvertes incroyables sur la question et a mis au point des techniques ayant la particularité de produire des effets rapides sur notre  comportement une fois qu’on applique la méthode.

Pour vous aider à y arriver, le livre « La Motivation Pour Les Nuls » coécrit par trois grands spécialistes de la question du comportement humain vous sera d’une grande utilité.


La Motivation Pour Les Nuls

Auteurs: Luc Teyssier D’orfeuil, J-P. Magnes et Gillian Burn

PRÉSENTATION DU LIVRE

22,95 €  commander-amazon