« Un esprit sain dans un corps sain »: l’erreur occidentale

corps-sainLa culture occidentale traditionnelle et surtout la religion chrétienne ont propagé une idée sur le corps totalement négative.

Tout ce qui est relatif au corps et à ses sens a été perçu comme quelque chose de néfaste, honteux et condamnable, en oubliant que de cette manière, nous nous nions une partie très importante de nous-mêmes.

Le corps : première différence tangible entre humain et non humain

La connaissance et l’étude de notre « moi », commence par notre « moi physique », sans faire abstraction, certes, de la composante intellectuelle, de nos sentiments, de l’intangible, de ce que les théologiens appellent « l’âme ».

Jusqu’à une époque récente, les intellectuels les plus sensés sous-estimaient l’importance du corps, puisque la seule chose qui importait chez l’être humain semblait se concentrer autour de l’esprit, de l’intellect, comme si le cerveau n’était pas une chose physique et tangible, avec un poids et une morphologie spécifiques, et formé par un maillage complexe de connexions neuronales, également matérielles.

Les théologiens et les religieux n’acceptaient pas non plus le corps, parce que, pour eux, la seule chose qui pouvait réellement « être sauvée » chez l’être humain était son esprit, son âme, en oubliant d’ailleurs que Dieu était aussi le créateur de la matière qui « recouvre » l’être humain.

La mésestime à laquelle le corps a été soumis, n’est cependant pas quelque chose qui puisse s’attribuer à toutes les civilisations, ni à toutes les périodes de l’Histoire de la civilisation occidentale. En effet, les romains reconnaissaient déjà l’unité qui compose l’homme quand ils proclamaient « Mens sana in corpore sano », qui pourrait se traduire de la façon suivante : « Un esprit sain dans un corps sain ».

Un corps d’une complexité parfaite

corps-sain-hoome-vitruve Notre corps est un système complexe de nerfs, d’os, de muscles, de viscères, de tissus, etc. d’une perfection et d’une complexité infinies.Les possibilités du corps humain sont loin d’être connues dans leur totalité.

Pour réaliser la majorité des activités complexes du quotidien, nous n’employons qu’une partie réduite de ces possibilités, ce qui cause l’oubli du reste de ces-dernières.

Souvenons-nous, par exemple, du manque d’agilité de notre corps après une longue période d’inactivité. Une personne qui n’est pas habituée à faire un effort physique déterminé et à utiliser un certain type de muscles, peut se fatiguer rapidement au niveau de cette partie du corps.

Une personne qui n’a pas l’habitude de faire du sport, se sentira rapidement épuisée après une petite course. Le cœur commencera à pomper du sang sans arrêt et il semblera s’être emballé. L’individu aura mal au niveau de la plupart des articulations. La respiration se fera de plus en plus difficile et tout le corps commencera à suer.

De même, un sportif qui n’est pas habitué à écrire avec un stylo et qui se voit obligé à prendre des notes à toute vitesse sur une période de temps prolongée, peut arriver à expérimenter les mêmes symptômes que la personne antérieure. Il commencera à avoir chaud, le cœur trottera beaucoup vite. Au bon d’un certain moment, la main ne répondra plus de façon efficace et elle commencera à commettre des erreurs. L’individu sentira un raidissement et des crampes dans les doigts. Une fois l’expérience terminée, il soufflera sans doute avec une sensation soulagement, comme s’il franchissait la ligne d’arrivée d’un marathon.

Le corps nourrit l’esprit

corps-nourri-esprit Là où l’on voit le mieux cette irrémédiable et étroite relation entre l’esprit et le corps, c’est à travers quelques exercices de relaxation.

Grâce à la relaxation, nous pouvons prendre entièrement conscience de nombreuses parties de notre corps que nous avons tendance à oublier.

Il existe certaines méthodes de relaxation qui laissent de côté la relaxation corporelle et se focalisent dangereusement sur le cerveau, dédaignant l’importance d’un traitement holistique de la personne, spécialement dans ce domaine.

De bons exercices de relaxation doivent indéfectiblement inclure une bonne relaxation cérébrale, mais aussi une effective relaxation corporelle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.