Dans la vie mieux vaut être optimiste !

Tu es optimiste ou pessimiste ?

Tout d’abord voici quelques citations célèbres sur l’optimisme.

Je suis un optimiste. Il n’apparait pas très utile d’être quoi que ce soit d’autre.
Winston Churchill (1874-1965) Homme politique britannique.

Un optimiste c’est quelqu’un qui croit que tout peut s’arranger. Un pessimiste pense la même chose, tout en sachant que la cause est perdue d’avance.
Jaume Perich (1941-1995) Humoriste catalan.

L’optimiste croit aux autres et le pessimiste ne croit qu’en lui-même.
Gilbert Keith Chesterton (1874-1936) Ecrivain britannique.

Les pessimistes sont les seuls intéressés à vouloir changer le monde, parce que les optimistes sont toujours satisfaits de leur sort.
José Saramago (1922-2010) Ecrivain portugais.

L’optimisme est la foi qui conduit à la réussite. Rien ne peut aboutir sans espoir ni confiance.
Hellen Keller (1880-1968) Ecrivain et maitre de conférences américaine.

Un optimiste voit une opportunité dans chaque difficulté, le pessimiste voit une difficulté dans chaque opportunité.
Winston Churchill (1874-1965) Homme Politique britannique.

En principe nous pouvons dire que l’optimisme est un important mécanisme de défense au service de notre espèce.

Il constitue sans aucun doute une attitude mentale étroitement unie à l’espèce humaine qui est assez sensible à toutes les actions concernant la récompense et la frustration, ainsi que chez d’autres espèces. Logiquement, lorsque nos besoins essentiels sont satisfaits, il est beaucoup plus facile de savourer la vie et même d’être optimiste.

D’après mon point de vue, l’espèce humaine est optimiste par nature, ce sont les évènements et nos pensées postérieures qui nous donnent souvent une vision pessimiste de la vie et du monde en général.

Si la base de notre espèce n’avait pas été optimiste dès son origine, nous n’aurions jamais obtenu tout ce que nous avons atteint. L’optimisme est certainement une chose positive en soi puisqu’il favorise notre santé, renforce notre système immunitaire, stimule la reproduction, le tout ayant comme conséquence d’allonger notre espérance de vie.

Si l’optimisme a des effets bénéfiques sur notre bien-être physique il en est de même sur le plan psychologique : nos relations sociales deviennent plus simples et plus fluides, notre créativité et nos capacités augmentent. L’optimisme nous apporte sans aucun doute un maximum de bien-être dans tous les domaines.

Certaines études évoquent l’éventuel aspect génétique de l’optimisme. D’après les études que j’ai pu observer, je pensé que son influence est indirecte et illimitée, en conséquence, difficile à calculer.

Soutenir cet aspect génétique de l’optimisme ou le réfuter s’avère également être assez complexe. Aujourd’hui, nous savons que l’interaction de l’environnement est cruciale, même dans le ventre de la mère. Nous devons ajouter à cela les expériences personnelles que nous vivons tout au long de l’enfance et de l’adolescence que nous pouvons digérer et assimiler d’une manière ou d’une autre vers optimisme ou le pessimisme. A choisir, il est évident que moi je choisis l’optimisme.

Quand nous nous demandons pourquoi certains enfants sont enclins à l’optimisme et d’autres au pessimisme, la première chose qui nous vient à l’esprit est de penser à l’environnement dans lequel l’enfant a grandi et s’est développé. La plupart du temps, les parents transmettent à leurs enfants leurs impressions sur les choses ainsi que leurs réactions devant les évènements, cette attitude sera, la plupart du temps, celle que les enfants reproduiront par la suite, non pas comme dérivée de la génétique mais acquise au sein des familles.

Les références constantes émises par les parents et l’environnement sur l’incapacité, l’insuffisance, l’incompétence, la malchance,  blâmer les autres, etc., nous donnera très probablement comme résultat un enfant et un futur adulte pessimiste. Par contre, lorsque les parents offrent des attitudes de sécurité, de capacité, de dynamisme, de pouvoir personnel, etc. l’enfant et l’adulte deviendra plus facilement optimiste.

En général, un enfant avec un cadre de vie serein sans conflits majeurs ou de traumatismes graves, est un enfant optimiste. Si, dès l’enfance il a été témoin de conflits, d’atmosphère tendue et de comportements distants, il aura tendance à développer naturellement des attitudes répressives, dépressives et pessimistes.

Ce sont les conduites acquises que nous  pouvons modifier pour obtenir une vie meilleure, une vie plus optimiste.