Des phrases qui font réfléchir

Aujourd’hui, j’aimerais que nous réfléchissions ensemble sur ces derniers mots prononcés par des personnages célèbres qui sont passés à la postérité.

Certaines phrases m’ont fait sourire et d’autres m’ont fait réfléchir…

Simon Bolivar, ses derniers mots, dans ce rêve frustré de l’unification latino-américaine furent: «J’ai labouré la mer».

Néron: “Quel artiste meurt avec moi!”

L’espagnol Luis Buñuel directeur de cinéma espagnol naturalisé mexicain, de souche surréaliste, comme par exemple “Le chien andalou”, se limita à dire: “Je meurs”.

Anton Chéjov, aurait dit la même chose, mais certains affirment qu’il s’exclama: “Champagne!”.

Honoré de Balzac prononça, fiévreux, « j’aurais eu le temps d’écrire un livre! ».

L’écrivain Lewis Carol, auteur de “Alice au pays des merveilles”, est mort chez lui, fâché avec son infirmière, il lui dit: “Enlevez-moi cet oreiller, je n’en ai plus besoin».

Le 18 juin 1936, l’écrivain soviétique Malsin Gorki, juste avant de mourir, prononça: «…il y aura des guerres… Il faut s’y préparer»

On a accordé à Winston Churchill de nombreuses phrases, mais la plus probable serait celle-ci: “Tout est si ennuyeux!”.

Isabel I d’Angleterre: “Tout ce que je possède pour un bout de temps».

L’acteur américain Humphrey Bogart, aussi connu pour son alcoolisme, dit dans sa dernière heure: “J’aurais dû continuer à boire du scotch au lieu de boire des martinis».

Lord Byron: “Je me dirai bonsoir. Bonne nuit”.

Condamnée à la guillotine soupçonnée d’adultère et de trahison, Anne Bollène prononça ces mots à son bourreau devant l’échafaud: « Ça sera facile pour vous, j’ai un cou fin ! ».

Frederick Chopin: « Maintenant, je partage la source du bonheur ».

Sur son lit de mort, l’écrivain chilien José Donoso ne dit visiblement rien, mais il demanda qu’on lui luise le poème “Altazor”, de Vicente Huidobro.

Anna Pávlova, la célèbre danseuse russe, dit: «préparez-moi mon costume du cygne!».

Le poète chilien Vicente Huidobro dans son agonie est revenu à lui un instant et confessa à sa famille ceci: “J’ai peur”.

A 5h: 07 du 29 aout 1947, le torero espagnol Manolete prononça ses derniers mots: «Quelle mauvaise nouvelle je vais donner à ma mère!».

«Dans cette vie, mourir n’est pas quelque chose de nouveau, mais vivre l’est encore moins», dit le poète russe Serguei Eseguin, il y’a 30 ans.

L’acteur Béla Lugosi: «Moi, je suis le Comte Dracula, le roi des vampires, je suis immortel ».

Ramón de Valle-Inclán, avant de mourir: “L’Espagne n’est pas ici, mais en Amérique. Son essence la plus pure est au Mexique”.

L’écrivain irlandais James Joyce, tracassé par la critique qui avait qualifié son roman “Finnegans Wake” d’incompréhensible, demanda, avant de mourir: “Vraiment, personne ne le comprend?”.

Les derniers mots de Tomas Moro devant l’échafaud: “Je suis un fidèle serviteur du Roi, mais de Dieu en premier”.

François Rabelais, écrivain, médecin et humaniste: «Baissez le rideau, la farce est jouée!»

Galilée fut condamné et obligé à renoncer à ses convictions. Ses derniers mots avant de mourir furent: «Peu importe ce qu’ils pensent, la terre tourne autour du soleil».

D’après les écrivains bouddhistes, les derniers mots de Buda furent les suivants: «Toutes les choses sont périssables. Efforcez-vous à la recherche du salut».

Avant de mourir, le romancier et scientifique allemand Goethe prononça: «Lumière plus lumière».

Après avoir bu le poison de Ciguë, accusé de corruption de la jeunesse et condamné moralement comme impur, le philosophe grec Socrate prononça cette dernière supplique: “Criton, nous devons un coq à Asclépios. N’oubliez pas de le payer».

Ludwig van Beethoven, compositeur et chef d’orchestre allemand a dit: “Que les amis applaudissent. La comédie est terminée”.

Marie Antoinette condamnée à la guillotine le 16 octobre 1793 à Paris, prononça ses derniers mots au bourreau : « excusez-moi de vous avoir marché sur les pieds. »

Les derniers mots du chanteur flamenco Camarón de la Isla furent prononcés à sa mère Juana au téléphone: «Maman, qu’est ce qui m’arrive?»

Napoléon Bonaparte dit: «Joséphine…»

Nostradamus, le prophète du XVI siècle prononça sa dernière prédiction: “Demain, je ne serai plus là”.

La danseuse mythique Mata Hari, condamnée à la peine de mort en France, avant d’être fusillée pour espionnage, demanda au soldat de lui apporter un miroir, elle se poudra le visage, ensuite elle a dit : “Merci, monsieur”.

Le révolutionnaire mexicain Pancho Villa, fut mortellement blessé dans un attentat, mais il eut le temps pour une dernière supplique faite à un journaliste: “Ecrivez que j’ai dit quelque chose!”.

Laisser un commentaire