« La douleur est inévitable, mais la souffrance est optionnelle »

photo-bouddha-souffrance-douleurCette parole de Siddhârta Gautama, plus connu sous le nom de Bouddha Gautama, ou tout simplement Bouddha, est la source de réflexions qui m´amène aujourd’hui à te parler de la souffrance.

La douleur est inévitable, mais la souffrance est optionnelle

La souffrance peut être définie comme un « état complexe de malaise affectif, cognitif et négatif, caractérisé par une sensation de menace contre l´intégrité de la personne qui ressent cette émotion, par un sentiment d´impuissance devant cette menace, par l´épuisement des ressources personnelles et psychosociales pour y faire face ».

Ce concept de souffrance est plus vaste que celui de la douleur physique et de la douleur spirituelle.

Cela peut paraître paradoxal, mais la douleur n´est pas toujours signe de souffrance, ni la souffrance signe de douleur.

Une mère dont l´enfant a été désiré va subir les douleurs de l´accouchement, mais elle ne va pas en souffrir si l´objectif était celui de mettre au monde cet enfant. Mais, dans le cas du décès d´un proche ou dans le cas d´une personne croyante qui pense avoir gravement offensé Dieu, il n´y aura pas de douleur biologique mais un état de souffrance intense. Celui qui perd son travail ou sa maison ne ressentira pas de douleur physique, mais il en souffrira énormément.

C´est ainsi qu´il existe des circonstances externes dans toute situation susceptible de nous produire un malaise: ce qui nous arrive (la perte d´un être cher, des relations difficiles, des conflits au travail, des difficultés économiques…), mais il existe aussi des circonstances psychologiques internes: les pensées, les émotions et les sensations que certaines circonstances provoquent en nous (juger quelqu´un négativement, culpabiliser les autres, nous fâcher, avoir un nœud à l´estomac…). C´est notre comportement dans l´action qui va servir de pont entre les circonstances externes et les circonstances internes.

De nombreux conflits peuvent être résolus par le biais de notre action. Si par exemple je vois un enfant sur le point de tomber d´une certaine hauteur, je vais réagir en le soutenant. Seulement il existe aussi des conflits bien plus compliqués, des problèmes qui nous font souffrir qui vont nous demander des actions concrètes pour les régler rapidement. Dans ces cas-là,  nous devons apprendre à savoir résoudre notre souffrance.

Que devons-nous apprendre ?

J’aimerais donc t’indiquer quelques notions de base.

– Le malaise ou la souffrance émane de notre intérieur : ils sont présents dans nos pensées, nos sensations, nos émotions. Les circonstances externes peuvent provoquer ce malaise, mais c´est la souffrance en elle-même qui est strictement intérieure,  nous la ressentons en nous dans notre être le plus profond.

– Cibler uniquement notre action sur les circonstances externes en essayant de les changer, de les éviter ou de les reconnaître comme solution au problème n´est pas suffisant dans la plupart des cas.

On ne peut pas vouloir échapper éternellement aux craintes, parce c´est justement en voulant y échapper, qu´elles se fortifient. Ici, échapper veut dire chercher à éviter ou vouloir ignorer les craintes psychologiques (comme par exemple, le fait de vouloir se convaincre mentalement que tout va bien malgré un état de souffrance, etc.), je ne fais pas référence ici aux dangers physiques.

Se conformer avec la souffrance, l´assumer, s´en révolter, la nier. La justifier, culpabiliser les autres, ou soi-même, de l´état de souffrance ne sert strictement à rien pour en finir avec le malaise que cet état engendre.

La douleur et la souffrance sont deux choses différentes. Lorsqu´on ne craint pas la douleur, on ne souffre pas. On la ressent sans souffrance psychologique.

Ne te leurre pas en pensant que tu souffres pour les autres. Nous souffrons principalement de nos propres craintes que nous devons apprendre à identifier de façon à pouvoir les résoudre.

La cause essentielle de la souffrance consiste à vouloir fuir ou manipuler la réalité qui nous fait souffrir.

C´est en comprenant cette réalité et en l´abordant correctement que nous éviterons l´état de souffrance.

Que veut dire comprendre la réalité? Dans le cas d´une maladie grave pouvant limiter à vie les capacités ou même provoquer la mort de la personne à qui elle a été diagnostiquée, comment comprendre cette réalité, comment l´aborder?

Il est évident que non seulement le malade devra lutter pour retrouver sa santé, mais il devra aussi affronter la souffrance psychologique. Si cette personne souffre à cause des circonstances, sans mettre en œuvre tous les moyens pour améliorer sa santé, celle-ci pourrait même s´aggraver. Mais, comment aborder la souffrance devant une telle situation?

Il faut bien identifier les idées issues de cette souffrance, des idées erronées, la plupart du temps, et qui sont souvent formulées inconsciemment.

Des idées comme par exemple « La douleur pourrait devenir insupportable », « ça va durer longtemps », « c´est terrible d´avoir à dépendre des autres », « on ne peut pas être heureux quand on doit subir un handicap », « la mort fait souffrir obligatoirement », « ce qui  est inconnu est dangereux », « je vais connaître le mépris avec ma faiblesse « … Nous prenons conscience de nos craintes à partir de ces idées: le mépris, la douleur, la peur de souffrir, la peur de mourir

Après avoir défini ces craintes issues de la souffrance, il faut apprendre à leur faire face émotionnellement, c´est-à-dire, dans le cadre des sensations et des émotions, et rationnellement, dans le cadre des concepts, des idées et des pensées.

C´est en affrontant la souffrance d´une manière adéquate, en passant le temps nécessaire à comprendre les interprétations erronées que la souffrance s´achève.

Une bonne compréhension des situations nous offre en échange la capacité de donner une réponse adéquate à chaque circonstance, une réponse qui nous protège de la souffrance et qui ne porte aucun préjudice aux autres. Il existe toujours une réponse sans conséquences négatives, bénéfique pour soi-même ainsi que pour les autres.

Comprendre et assumer totalement un fait qui nous perturbe au présent et qui nous semble infranchissable peut paraître impossible à surmonter dans le calme intérieur. Or, on peut y arriver.

Ce que nous essayons de faire normalement, c´est de réprimer ce que nous ressentons pour nous convaincre nous-mêmes  par la pensée et par l´action, mais cela ne marche pas à long terme, ni dans les circonstances tenaillantes. Il faut remonter aux origines de nos réponses, de nos réactions, à l´origine de notre manière de penser et de sentir.

Savoir prêter attention est essentiel

image-attentif-souffrancePour nous libérer de nos erreurs et pour en finir avec la souffrance, nous devons prêtez attention à ce que nous ressentons et pensons, lorsque nous agissons, lorsque nous sommes en compagnie des autres ou bien seuls.

Les idées ou concepts erronés comportent des pensées, des émotions et des sensations corporelles désagréables : il est donc indispensable de déceler les erreurs afin de les éviter et de pouvoir résoudre ainsi les problèmes.

En finir avec la souffrance est certainement plus facile qu´on le pense, à condition d´y prêter attention : perdre la peur d´avoir peur, en l´assumant consciemment, et se rendre compte petit à petit des choses qui, jusqu´ici, étaient passées inaperçues. Apprendre et déceler les erreurs.

Alors que la douleur physique est la manifestation d´un malaise corporel, la souffrance nous indique que nous devons saisir ce qui tracasse notre intérieur pour le résoudre. Nous ne devons pas la réprimer ni essayer de la fuir, mais nous devons en rechercher les causes de façon à ne plus en souffrir. Agir de cette manière nous sera bénéfique, à nous, et aux autres. Cela va nous aider à trouver les réponses efficaces pour trouver les bonnes solutions aux problèmes.

Cher lecteur, si tu souffres toi-même, prends donc conscience de ce tu dois faire pour stopper ce malaise:

  •  accepte le fait qu´on est en train de souffrir
  •  responsabilise-toi de ta souffrance
  •  prends la décision de ne plus souffrir
  •  fais tout le nécessaire pour y arriver
  •  et en cas d´échec, n´hésite pas à chercher de l´aide.