Guérir l’anxiété de façon totalement naturelle

Les solutions efficaces contre l’anxiété

Tout d’abord pour être sûr de vous rassurer que vous êtes loin d’être un cas à part si vous êtes plus ou moins concerné-e par l’anxiété, je voudrais commencer, avant de rentrer dans le vif du sujet, par répondre à une question.

Quelle est la fréquence des symptômes d’anxiété et des troubles anxieux ?

Les troubles de l’anxiété sont fréquents de nos jours. Ainsi, par exemple, plus de 50 % des personnes très âgées (entre 85 et 103 ans) disent éprouver chaque jour des symptômes d’anxiété. Quant à l’incidence des troubles anxieux, une forme plus sévère et persistante d’anxiété, elle touche un peu plus de 2 % des personnes très âgées, soit moitié moins (4 %) que les personnes plus jeunes de 15 à 20 ans.

En fait, les troubles anxieux sont plus fréquents chez les personnes malades. Dans une étude sur des patients ayant fait un infarctus du myocarde (une crise cardiaque), l’incidence des troubles anxieux est d’environ 22 %. Chez les femmes atteintes d’un cancer du sein, on constate au moment de l’admission à l’hôpital entre 13 % et 25 % de troubles anxieux.

Quels sont les effets indésirables d’une anxiété qui se manifeste trop souvent ? Les personnes dont le niveau d’anxiété est très élevé souffrent plus de problèmes de santé de toutes sortes et ceux-ci sont plus graves. Leur risque de mourir est également supérieur si les symptômes de l’anxiété persistent au même niveau d’intensité durant six mois.

Les troubles anxieux sont associés à une augmentation du taux de cholestérol sanguin total (cholestérolémie), à une diminution de la valeur des paramètres immunitaires et à une dégradation de l’échocardiogramme. L’anxiété augmente le risque de plusieurs maladies et la mortalité : cancer (+50 %), complications d’athérosclérose (vieillissement des artères) coronaire après un premier infarctus (3 à 5 fois plus), crise cardiaque (2,5 fois plus) et décès suite à une crise cardiaque (1,5 à 3 fois plus). Les personnes qui subiront un second infarctus ou qui décèderont d’un infarctus sont typiquement sujettes à une forte anxiété. L’anxiété multiplie également par cinq ou six le risque de suicide.

La vérité sur les Solutions existantes contre l’anxiété.

La psychothérapie, la spiritualité et les exercices visant à contrer l’anxiété ont-ils des effets bénéfiques ?

Oui, la psychothérapie peut diminuer de 30 % à 80 % le risque de mourir, en particulier chez les patients atteints d’une pathologie cardiaque. Chez les femmes ayant survécu à un cancer du sein, faire de l’exercice physique aide également à retrouver de l’énergie et développer une attitude positive face à son apparence et son problème de santé.

Si l’on pratique réguliè- rement une activité physique, les crises de panique se réduisent de 20 % à 35 %. L’anxiété est également moindre en cas de pratique spirituelle et d’engagement religieux. La spiritualité et la religion sont béné- fiques à la santé et augmentent les chances de vivre plus longtemps. Écouter une musique qui apaise diminue également une anxiété omniprésente et a des effets bienfaisants sur le cœur.

Que pouvez-vous faire pour être moins anxieux, plus paisible ?

Vous devez modifier votre attitude psychologique envers la vie, votre métier et/ou votre famille ou vos collègues de travail.

Selon le Docteur Thierry Hertoghe président de l’Association mondiale de médecine anti-âge, vous pouvez également retrouver un calme plus important en améliorant votre alimentation et en consommant des produits bons pour votre corps, notamment des fruits pauvres en sucre, des légumes et des aliments riches en protéines cuits à basse température.

Les graisses cuites, les produits laitiers et les féculents sont toxiques parce qu’ils ont tendance, après une amélioration initiale de l’humeur et de l’énergie, à accroître le niveau d’anxié- té en raison des troubles digestifs et de l’intoxication des tissus de l’organisme. Pour vous détendre, vous pouvez en outre prendre des compléments nutritionnels qui offrent une bonne marge de sécurité et diminuent efficacement l’anxiété.

Le GABA (acide gamma-aminobutyrique) est le nutriment qui a le plus fait ses preuves. Ce neuromédiateur est capable d’apaiser l’anxiété la plus virulente. Il atténue tous les types de manifestations d’anxiété dont la gorge et le ventre noués, une transpiration excessive et un état persistant de tension accompagné de l’incapacité de se détendre. Il n’induit gé- néralement aucune somnolence.

Pour être efficace, le GABA doit être pris à forte dose (750 à 2.500 mg par jour) et non aux doses plus faibles qu’on trouve sur Internet. Il est bon de savoir qu’un traitement oral de GABA améliore la tolérance au glucose et la sensibilité à l’insuline chez des souris nourries avec une alimentation riche en graisses, dans le but d’inhiber une inflammation. Or, souvent, les personnes qui souffrent d’un problème inflammatoire sont également anxieuses. La diminution d’une réaction inflammatoire grâce au GABA est peut-être l’un des mécanismes qui explique pourquoi le GABA atténue l’anxiété.

Outre le GABA, quelles autres solutions naturelles contre l’anxiété ?

La sérotonine est un autre neuromédiateur bénéfique contre l’anxiété. Pour augmenter le taux de sérotonine, on administre des précurseurs de la sérotonine comme le tryptophane et le 5-hydroxytryptophane (5-HTP).

Tous deux diminuent l’anxiété due à des contrariétés. La prise de 60 mg de 5-HTP s’est avérée efficace pour diminuer l’intensité et le nombre de crises de panique tout en augmentant dans le sang le taux de cortisol, de bêta-endorphine et de mélatonine, connus pour diminuer l’anxiété.

Si vous prenez du tryptophane pour atténuer l’anxiété, la dose doit être cinq à dix fois supérieure par rapport à celle de 5-HTP pour obtenir la même efficacité. Ces deux nutriments améliorent ainsi la qualité du sommeil.

Le magnésium a lui aussi fait ses preuves contre l’anxiété. En cas de carence en magnésium, les muscles sont tendus. On risque de souffrir de crampes et, en particulier, de spasmophilie (crampes, fourmillements dans les jambes, les bras, les mains et le visage).

Lorsque le niveau de l’anxiété est important, le myo-inositol, un isomère naturel du glucose, est plus efficace pour diminuer la peur. Cependant, il ne semble pas très efficace pour traiter une situation anxieuse plus modérée et de très fortes doses semblent nécessaires pour parvenir à un résultat tangible. Par exemple, ce n’est qu’à une dose forte de 18 grammes par jour que le myo-inositol diminue le nombre de crises de panique avec plus d’efficacité et moins d’effets indésirables que des antidépresseurs comme la fluvoxamine (un inhibiteur de la recapture de la sérotonine).

D’autres nutriments, comme le calcium, apaisent généralement l’anxiété. On a constaté chez des femmes ménopausées et carencées en calcium une augmentation de l’anxiété avec incapacité à se détendre, ressassement des soucis et insomnie. Avant le coucher, la prise de 1 à 1,5 gramme de calcium peut s’avérer bénéfique contre ce type d’anxiété.

Parmi les vitamines du groupe B, les vitamines B1, B3 et B6 sont les plus efficaces contre l’anxiété. Une carence même légère en vitamine B1 peut provoquer de l’appréhension évoluant vers de l’agitation. Des doses de 50 à 100 mg par jour de vitamine B1 aideraient à atténuer l’anxiété.

Des essais sur l’animal ont montré qu’une supplémentation en vitamine B3 (niacine) entraîne une détente musculaire, un état de somnolence et une diminution des conflits et de l’agressivité, des effets similaires à ceux des benzodiazépines, ces médicaments typiquement prescrits contre l’anxiété. La prise de niacine à des doses de 200 à 1 000 mg par jour contribuerait à diminuer l’anxiété. Un dosage supérieur à 400 mg provoque parfois une rougeur du visage, le « flush facial », en raison d’une dilatation des vaisseaux sanguins, un effet qui n’est pas nocif en soi mais qui perturbe beaucoup.

En ce qui me concerne, je n’ai jamais ressenti d’effet anti-anxiété avec une supplémentation en vitamine B3. Des apports en vitamine B6 répartis en trois doses de 125 mg par jour combinés à du tryptophane (1 gramme deux fois par jour) réduiraient le syndrome d’hyperventilation qui est associé à l’anxiété.

Parmi les oligo-éléments, le sélénium semble être le plus capable de soulager l’anxiété chez les personnes carencées en sélénium. On sait bien que celles qui manquent de sélénium ont un tempérament anxieux et l’administration de 100 microgrammes de sélénium par jour suffit à atténuer leur anxiété.

Les acides gras polyinsaturés de type oméga-3, l’EPA (acide eicosapentaénoïque) et le DHA (acide docosahexaénoïque), pré- sents dans les huiles de poisson, diminuent le taux sanguin de noradrénaline, le neuromédiateur qui induit de la nervosité. Cela explique pourquoi la prise de deux à six cuillères à soupe par jour (15 ml par cuillerée) d’une huile riche en oméga 3, comme l’huile de lin qui renferme 50 % d’acide alpha-linoléique que l’organisme transforme en EPA et en DHA, estompe diverses formes de peur comme l’agoraphobie par exemple, la peur des lieux publics, des espaces ouverts, ou de la foule.

Laisser un commentaire