L’hypnose, un remède reconnu par la médecine

Dans notre société occidentale submergée par le phénomène politique et médiatique de plus en plus agnostique et réfractaire à toute réalité parapsychologique ou métaphysique ( magnétisme, hypnose, parapsychologie, etc.) il est n’est pas aussi facile de parler des sujets qui échappent à la raison cartésienne laquelle caractérise majoritairement la philosophie de vie actuelle de l’Occident.

Reconnaissance officielle de l’hypnose

Néanmoins, on voit depuis maintenant quelques années, les médias sortir sur l’hypnose: à la radio avec des expériences antitabac, boulimie, stress, des expériences de télépathie collective, ou  encore à la télé qui filme le professionnel hypnotisant des milliers de volontaires…

Sans m’étaler longtemps sur les impressionnants accomplissements qu’elle nous permet de réaliser dans notre vie et celle des autres, le but de cet article est  de parler des premières années de l’histoire de l’hypnose.

Il existe certaines mentions de guérison par le biais de la suggestion dans les civilisations anciennes comme l’égyptienne, la perse et même la grecque antique, mais l’hypnose moderne doit ses origines à la fin du XVIIIème siècle et au début du XIXème, avec les théories du médecin autrichien Franz Anton Mesmer.

Le docteur Mesmer pensait que les planètes généraient un courant magnétique invisible qui exerçait une influence décisive sur tout individu. La maladie survenait lorsque ce courant n’était pas le bon.

Mesmer initia sa thérapie en frottant des aimants sur ses patients pour rétablir les équilibres magnétiques, de façon à pouvoir les redistribuer d’une manière adéquate et satisfaisante: après quoi, le patient se retrouvait en bonne santé.

Mesmer découvrit par la suite que ses propres mains pouvaient remplacer les aimants. Par “l’imposition des mains”, il démontra que les fluides corporels se rétablissaient favorablement.

Mesmer donna un nom à ce phénomène : “le magnétisme animal”.

Devant l’énorme succès de cette découverte et du fait de son efficacité évidente auprès des malades qui ne guérissaient pas avec les traitements de médecine traditionnelle, la popularité de Mesmer fut telle qu’il arriva un moment où il ne pouvait presque plus consulter individuellement, tellement il avait de patients.

Mesmer fit construire d’énormes récipients appelés “baquets”, qu’il remplissait d’eau et de fils de fer. Chaque patient prenait un fil de fer du récipient pour recevoir le “fluide magnétique”.

La théâtralité de cette procédure suscita une telle polémique que le roi de France lui-même nomma une commission pour examiner le phénomène.

Cette commission apporta des conclusions sur l’évidence de la guérison des patients qui utilisaient leur imagination et leur foi pour retrouver leur santé.

Sans le savoir, les patients entraient dans un état hypnotique pendant le traitement, dû aux méthodes de Mesmer et au climat de suggestion que les séances engendraient.

Le “mesmérisme” fut repris plus tard par celui qui est considéré aujourd’hui comme le père de l´hypnose moderne : James Braid, et qui a d’ailleurs rebaptisé cette méthode sous le nom d’hypnose.

James Braid fut le premier à exposer que l’hypnose pouvait se réaliser sans fluides magnétiques, sans imposition de mains et sans baignoire. C’est par le biais de la suggestion que l’hypnotiseur plongeait son patient dans un état hypnotique en l’amenant à se concentrer sur un point fixe.

L’hypnotisme commença à se répandre et à se généraliser à partir de Braid au milieu du XIXème siècle.

Sigmund Freud développa une méthode qui combinait l’hypnose, l’interprétation des rêves et la libre association des idées que lui-même dénomma : psychanalyse.

L’Association Médicale Britannique  approuva en 1981 l’emploi de l’hypnose en tant que méthode apte aux traitements thérapeutiques, reconnaissant sa contribution à la médecine.

Une bonne partie de l’hypnose moderne est issue des travaux de Milton Erickson (1901-1980), psychiatre américain, qui a passé une partie de sa vie à étudier l’hypnose et son utilisation en psychothérapie dans le but d’aider à guérir des problèmes physiques issus de maladies psychosomatiques qui sont les plus fréquentes.

L’hypnose ericksonienne (du nom de Milton Erickson) permet des recherches scientifiques, notamment avec l’aide des récentes évolutions en imagerie médicale (IRMf et PetScan), qui a pu montrer que l’hypnose est bien un état spécifique de l’esprit qui peut aider le corps.

C’est ainsi que l’hypnose fut reconnue définitivement pour ces bienfaits, et qu’elle est devenue une technique scientifique et efficace pour traiter les maladies.

Enfin, pour aller plus loi et apprendre à s’auto-hypnotiser ou les règles de l’hypnose en fonction du traitement visé, le livre classique de Milton est à votre disposition.

 

Traité pratique de l’hypnose

Auteur: Milton Erickson

28,90    commander-amazon