L’anxiété

L’anxiété

L’anxiété est un ensemble de symptômes transitoires ou durables liés à l’anticipation d’un danger plus ou moins imminent.

L’anxiété peut relever d’une réaction normale de survie,  de protection, immédiate et passagère, occasionnée par des facteurs de stress (tels qu’une situation d’examen ou la présence d’un danger réel).

Il s’agit de l’« anxiété-état » (lié à une circonstance donnée) opposée à l’« anxiété-trait », qui est un trouble anxieux généralisé.

À titre secondaire, il faut savoir que « angoisse » et « anxiété » désignent différentes facettes d’un même état émotionnel. Le terme d’angoisse est davantage utilisé pour caractériser les sensations et les signes physiques (oppression corporelle, crispation, tensions), comme dans la crise d’angoisse. Le terme d’anxiété sert plutôt à désigner les manifestations psychologiques et affectives, comme l’inquiétude. Cette distinction tend toutefois à s’estomper dans les manuels médicaux.

Causes de l’anxiété ?

L’anxiété n’a pas de cause unique et universelle. Elle est plutôt déclenchée par une association et la somme de facteurs physiques (biologiques), psychologiques et environnementaux (agents de stress).

  • Des facteurs biologiques, soit une forme de prédisposition héréditaire.
  • Des facteurs psychologiques comme un mécanisme de défense inefficace ou inopérant.
  • Des agents de stress provenant de l’environnement.

Néanmoins, certains scientifiques pensent que l’anxiété est un réflexe conditionné. Selon une théorie psychanalytique, l’anxiété est la manifestation d’un conflit inconscient, d’une maladie, d’une crainte ou d’un événement psychologique troublant qui s’est produit durant l’enfance. Chez certaines personnes, la façon dont elles ont appris à faire face aux événements de la vie peut entraîner une prédisposition à l’anxiété.

Les manifestations de l’anxiété

Le trouble anxieux est caractérisé par plusieurs types de symptômes : psychique, comportemental et physiologique. Le malaise psychique résulte de la sensation  qu’on ne peut pas maîtriser les événements à venir.

Le ressenti repose sur l’appréhension et la peur. Au niveau comportemental, l’individu angoissé se concentre sur le présent et peut difficilement assumer plus d’une tâche à la fois. Lors d’une crise anxieuse, il paraît crispé ou au contraire agité, ne sachant comment se décharger de son angoisse. Les symptômes physiologiques, variés, concernent les systèmes cardio-vasculaire, digestif, musculaire et respiratoire. L’angoisse provoque généralement des tensions dans les muscles, la moiteur des paumes, des difficultés de respiration, une accélération du rythme cardiaque et des sensations de faiblesse.


 Symptômes fréquents de l’anxiété

  • Agitation – Fatigabilité- Difficultés de concentration ou trous de mémoire
  • Irritabilité  – Tension musculaire – Perturbation du sommeil

Les épisodes anxieux peuvent se manifester brusquement et rester isolés ou évoluer vers un mode chronique, sous forme d’anxiété dite généralisée.

Dans ce cas, vous constaterez des perturbations cognitives et émotionnelles : comme la rumination mentale (c’est-à-dire réflexion obsessionnelle et en général négative), la distractibilité dans certains domaines et l’hypervigilance.

Dans d’autres domaines l’anxiété pose  des difficultés de concentration.

Les psychiatres ont identifié des troubles mentaux dans lesquels l’angoisse constitue un symptôme important, notamment dans les phobies (agoraphobie, phobie sociale), les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) et le syndrome de stress post-traumatique (SSPT). L’angoisse survient généralement lorsque l’individu tente de maîtriser d’autres symptômes.

Par ailleurs, les personnes atteintes consultent souvent au début de l’âge adulte, mais disent se souvenir d’avoir toujours été anxieuses. Elles consultent en outre souvent des médecins généralistes ou spécialistes pour toutes sortes de plaintes physiques non spécifiques.

De 50 à 90 % des gens souffrant de trouble d’anxiété généralisée souffriraient également d’une autre maladie mentale. Le trouble panique, la dépression et l’abus de drogues ou d’alcool sont très fréquemment associés au TAG.