Le bien-être, ça se cultive: voici comment !

Accordez-vous, ici, un instant pour penser à ce qui anime la plupart de nos semblables…

… Immanquablement, vous parviendrez à cette conclusion :

Que de temps passé à se prendre la tête pour des détails, sur des faits qui demain seront sans                                                  importance.
Que d’énergies perdues dans des combats d’amour-propre, d’egos surdimensionnés et de guerres de tranchées…

… Si la nature devait se comporter comme la grande majorité du genre humain, il n’y aurait plus ni saisons ni fleurs.

Plus d’oiseaux plus d’océans. Plus de vie sur la planète. Le printemps dirait à l’hiver :

« Tu as été trop rigoureux ! Cette fois, je laisse tomber ! Je ne reviendrai pas».

L’oiseau dirait à l’arbre:

« Tes branches sont moins confortables que l’an dernier. Je n’y ferai pas mon nid. Et je n’aurai pas de petits cette année ».

Et puis, un matin, le soleil, fatigué, déciderait de ne plus se lever…

Chaque matin, quand nous entamons une nouvelle journée, nous devrions en premier lieu nous réjouir d’être en vie,car le simple fait d’exister nous ouvre le champ de tous les possibles.

Donc, ICI et dès MAINTENANT, c’est à vous de jouer :

Prenez conscience de votre appartenance, non seulement à l’ensemble de l’humanité mais                                             aussi à l’ensemble de l’univers.

Vous en êtes une composante palpitante, un frémissement de vie, d’esprit, de désir et de                                                               volonté.

  • Plantez-vous fermement et résolument dans le présent.
  • Convainquez-vous que le passé n’est plus et que l’avenir n’est qu’hypothèse.

Seul le présent compte et recèle en lui ce que sera demain.

  • Prenez de la hauteur vis-à-vis de TOUT ce qui vous environne                                            Par « hauteur » je n’entends pas « indifférence » mais « distance ».
  •  Car ce que l’on examine de trop près devient illisible tout comme ce que l’on aime ou désire trop fort devient toujours plus exigeant et (ou) inaccessible.

Maintenant ayez la conviction inébranlable qu’en modifiant certains de vos comportements                                                  vous allez progresser.

1 – – ->     Dressez la liste de vos désirs les plus profonds
Ecrivez à la main la liste de vos espoirs, de vos attentes et de vos désirs. Cette liste sera évolutive.

Vous rayerez chaque objectif atteint et en rajouterez de nouveaux au fil du temps.
Prenez l’habitude de la consulter régulièrement et de la relire avant chaque méditation.

Gardez ce document avec vous le plus souvent possible.

2 – – ->    Accordez-vous un temps de méditation quotidien

La méditation n’est nullement réservée à quelques initiés mais c’est une pratique que, malheureusement, peu de personnes observent.

Méditer un minimum de 15 minutes chaque jour vous permettra de vous re-centrer sur vous-même

en faisant fi de la superficialité des choses et des apparences qui vous entourent.

Entrer en méditation peut s’opérer à n’importe quel moment et en toutes circonstances.

On peut méditer dans chez soi, en marchant en pleine nature, assis dans un train, un bus ou un tramway etc.

Comment faire :

  1. a)    Trouvez le moment adéquat et essayez de méditer tous les jours dans le même contexte.
  2. b)    Pratiquez le silence avant de méditer.

Le silence conduit à ne faire qu’Être.

Il fait cesser notre brouhaha intérieur et permet d’accéder à une paix intérieure propice à la méditation.

  1. c) Détendez-vous en respirant profondément et régulièrement.

Visualiser mentalement chaque partie de votre corps (en partant de vos pieds et en remontant jusqu’au sommet de votre tête).

Si vous en ressentez le besoin, fermez les yeux afin que votre regard ne soit accaparé par rien de ce qui vous entoure

  1. d) Laissez les pensées surgir sans les forcer ni les retenir, sans les condamner ni les approuver.

Contentez-vous d’observer ce qui se présente comme les images d’un film apparaissant et disparaissant.

Laissez votre part d’ombre envahir votre conscience, puis vous quitter. Acceptez la peine, la colère, la crainte ou la honte.Tentez

d’en tirer un enseignement, en invoquant l’antidote à ce qui vous fait souffrir (la compassion contre la haine, la joie contre la peine, etc.).

Au début, cet exercice peut être douloureux.

Dans ce cas, concentrez-vous de nouveau sur votre respiration jusqu’à ce que votre esprit soit prêt à poursuivre sa recherche.

Parallèlement à ces nouveaux comportements observez avec la plus grande rigueur les quatre grandes lois mystiques qui sont décrites ci-après.
Ces lois transcendent tout dogme religieux.

Elles sont universelles, source de vie, de bien-être et de fortune.

           La loi du boomerang  

                          «Tu récolteras demain ce que tu as semé aujourd’hui»

Le principe :

Notre avenir est engendré par nos décisions et nos comportements présents.

Chaque action, chaque pensée génère une onde énergétique qui se répercute vers l’infini pour,

finalement, revenir vers nous telles qu’elles ont été mises en oeuvre.

Ainsi nos bonnes comme nos mauvaises actions, nos bonnes comme nos mauvaises pensées

refont systématiquement irruption dans nos vies, soit à notre avantage soit à notre détriment.

Bon nombre de nos réactions vis-à-vis d’autrui sont répétitives et inconscientes.

Rien n’est plus facile que de se laisser gagner par la colère ou l’énervement.

Or, il n’y a rien de bon à attendre de ces sentiments stériles ou pire, dévastateurs.

La colère appelle la colère et l’énervement est source de conflits et d’incompréhension.

Il en va de même de la jalousie, de la rancune ou de la vengeance.

Nous adoptons parfois inconsciemment des comportements irrespectueux envers toutes formes de vie.

Ecraser négligemment un insecte sur notre chemin, critiquer notre voisin, avoir de mauvaises pensées pour une simple place de stationnement…

Tous ces exemples, en apparence anodins, nous éloignent de l’équilibre et de l’harmonie et ont des répercussions négatives sur nos existences.

Alors, imaginez les conséquences d’actes malveillants envers autrui…

Il ne faut pas considérer la loi du boomerang comme une menace.

Car c’est le meilleur instrument pour attirer à soi l’abondance matérielle.

Prenez l’habitude de :

– Garder constamment à l’esprit la puissance de la loi du boomerang.

– Prendre consciemment et après un minimum de réflexion chaque décision

(même celles qui vous semblent sans importance).

– Vous demander systématiquement si vos décisions ne porteront pas préjudice à              quelqu’un. S’il s’avère que cela pourrait être le cas, renoncez-y et cherchez une                                                   autre alternative.

–  Entre deux décisions possibles, privilégier toujours celle pourrait générer du plaisir ou de l’agrément à autrui.

La loi de la facilité

En faire moins pour en accomplir plus et mieux

 

« Non ! Il n’est pas nécessaire de peiner, de se battre et de souffrir pour atteindre l’abondance et le succès »

Le principe :

Rechercher le pouvoir et le contrôle sur son environnement est perte d’énergie. Se concentrer sur son ego est contreproductif.

Etre en quête permanente de l’assentiment d’autrui, sur nos faits et gestes, est un obstacle majeur à toute progression personnelle.

La loi de la facilité impose de revisiter certains de vos comportements et de vos réactions face à ce qui vous environne.

L’acceptation tient un rôle déterminant dans la mise en oeuvre de la loi de la facilité.

Cette attitude, apparemment passive, vous laissera disponible pour agir efficacement, le moment venu,

au lieu de perdre votre temps à vouloir changer ce que vous ne pouvez pas changer.

– Veillez à accepter les choses et les personnes comme elles sont et non pas comme vous voudriez qu’elles soient.

– Ne blâmez ni vous-même ni autrui.

– Et ayez la conviction absolue de votre capacité à réagir et

à déceler les ingrédients qui feront évoluer les choses de manière favorable.

Prenez l’habitude de :

– Accepter les évènements comme ils surviennent et prendre les gens comme ils se                       présentent.

Ces deux attitudes procurent une grande liberté et un gain d’énergie vitale conséquent.

Vous allez me dire « Pas facile ! » et je vous répondrai

« Plus facile et plus efficace que d’être en permanence en réaction ou en rejet de ce que vous ne pouvez pas changer »

– Renoncer à vouloir convaincre la terre entière du bien-fondé de vos                                                                 convictions.

– Ecouter tous les points de vue et n’en suivre aucun.

– Jouir du moment présent. Traquer et trouver dans chaque situation, un coin de                                                        ciel bleu,

une raison de vous réjouir d’être en vie et de traverser l’instant présent.

 

 La loi de l’échange volontaire,

actif et constant

« L’abondance nait de la circulation des échanges. Donner pour recevoir et recevoir pour donner »

Le principe :

A l’origine de tout, dans l’univers comme sur notre terre, s’opère un échange dynamique.

La graine transportée par l’oiseau tombera au sol et fécondera la fleur,

l’abeille butinera la fleur et produira le miel que vous mangerez,

de l’amour de deux êtres un échange de plaisir donnera naissance à un enfant…

Nous sommes programmés pour donner autant que pour recevoir.

Echanger est une règle de vie incontournable qui ne souffre aucune exception.

Mais peu de gens ont la réelle conscience de cette nécessité comme de son universalité.

En effet, l’immense majorité se limite à échanger avec ses proches et « gomme »

de ses préoccupations et de son intérêt le reste de l’humanité.

Plus vous donnerez plus vous participerez à la circulation de l’abondance produite dans l’univers.

Plus vous donnerez plus vous recevrez. Apprenez à donner ce que vous aimeriez recevoir.

Donnez ce à quoi vous tenez, ce qui vous « coûte ».

C’est à ce prix que le retour ne se fera pas attendre. Il se fera au centuple.

Entendez l’acte de « donner » au sens le plus large du terme.

Un regard bienveillant, une attention, un conseil, de l’amitié, du plaisir, de l’amour sont autant de dons…

tout comme, quand vous le pouvez, une aide matérielle opportune à celui ou celle qui en a besoin.

Prenez l’habitude de :

– Offrir, délibérément et systématiquement quelque chose en provenance de vous

aux personnes que vous côtoyez quotidiennement ou occasionnellement.

Encore une fois, il peut simplement s’agir d’un simple sourire, de bienveillance ou                            d’une bonne pensée.

– Vous montrer attentif et dévoué envers ceux qui sont en demande.

– Recevoir avec gratitude chaque instant agréable et chaque geste aimable à votre                 encontre (qu’il s’agisse d’un rayon de soleil, d’un sourire etc.).

 

La loi du détachement

 

«Les cicatrices du passé te rappellent d’où tu viens, pas où tu dois aller »

Le principe :

 

De même que l’on ne conduit pas une voiture en regardant sans cesse dans le rétroviseur,

on ne conduit pas sa vie tourné vers son passé.

Le détachement ne signifie ni oubli ni indifférence mais sagesse et recul vis-à-vis du passé.

Le détachement nous libère du carcan des souvenirs et des regrets. Il nous permet de regarder vers demain sans entrave.

Majoritairement, nous avons tous vécu des choses douloureuses et des disparitions irremplaçables.

Pourtant, nous continuons de vivre, de boire, de manger.

Il nous faut donc également continuer de progresser et tenter d’accéder à l’équilibre et au bonheur.

Ceci ne peut s’accomplir qu’en pratiquant la loi du détachement.

Comme le nouveau-né, qui débarque dans ce monde après la section du cordon ombilical qui le reliait à sa mère,

nous devons apprivoiser et rompre avec les chagrins anciens et les traumatismes du passé.

La loi du détachement consiste également à ne pas s’obstiner à trouver des solutions immédiates
à chaque problème qui se pose à nous. Souvent, les choses s’arrangent d’elles-mêmes.

Ce détachement doit aussi s’opérer vis-à-vis de tout ce qui est matériel et périssable.

Prendre de la distance et de la hauteur face à ce qui nous entoure et face à nos propres rêves est la meilleure manière d’en rester maître.

On ne retient pas plus ce que l’on aime et désire que l’on ne retient l’eau d’un ruisseau dans le creux de sa main.

Prenez l’habitude de :

– Ne plus faire référence aux évènements passés qui vous ont meurtri.

– Prendre de la distance vis-à-vis des choses matérielles auxquelles vous tenez le                                        plus.

– Ne pas vous obstiner à trouver une solution immédiate aux problèmes qui se                                         posent à vous.

Enfin, « Apprendre à laisser du temps au temps »,

permets de vivre pleinement ses journées plutôt que de se débattre sur des sujets             qui, le moment venu, se règleront d’une manière ou d’une autre.

Laisser un commentaire