Leçon N°2: Les Techniques De Séduction

On a vu jusque là comment, en gros, les mecs se prennent dans leurs manières pour espérer séduire la nana d’à côté.

Dans ce dernier cours, on va voir comment les nanas s’y prennent elles aussi.

Il est beaucoup plus difficile de repérer chez elles des classifications telles que nous les avons vues chez les hommes car, comme je l’ai dit, la séduction est une démarche plutôt masculine, chez les animaux comme chez nous. La femelle regarde le mâle parader, puis se laisse approcher lorsqu’elle est séduite. Les femmes, bien souvent, font de même. Leur rôle est de donner envie à l’homme de parader devant elles. C’est pourquoi, en général, on attend d’elles qu’elles soient attrayantes : bien habillées, avec des vêtements qui
leur vont parfaitement et mettent en valeur leur silhouette, qui soient propres ; bien maquillées (nous avons parlé par exemple de l’effet déclencheur du rouge à lèvres) ; bien
parfumées, bien coiféfes.
Vous me direz que ce que j’avance là est dépassée, que depuis la libération (ou je ne sais quoi 😉 de la femme les valeurs ont changé. Et c’est vrai, mais c’est chez les femmes qu’elles ont changé. Demandez  vos amis qu’est-ce qu’ils apprécient chez une femme, regardez quel type de femme est le plus courtisée dans les soireées… Vous
verrez que c’est d’abord sur des critères esthétiques que le choix se fait.

Certes, on n’en est plus au fameux « soit belle et tais-toi », parce que les hommes attendent
plus d’une femme que d’une jolie potiche. Il n’empêche qu’une belle femme reste rarement seule longtemps…
Au-delà de ces constatations, on peut tout de même repérer certains comportements de séduction ouverte chez les femmes. D’abord parce qu’il faut bien que les moins jolies trouvent aussi leur bonheur, ensuite parce que ce rôle passif leur paraît dépassé. Elles préfèrent de temps en temps prendre l’initiative plutôt que d’attendre patiemment que le mâle se décide.

Alors comment  s’y prennent-elles ? ( bon je vais plus me répéter 😉

 La naïve

La naïve établit sa stratégie sur l’illusion qu’elle donne à l’homme de diriger la situation, alors qu’en fait c’est elle qui, discrètement, le manipule. Cette technique lui lui permet de ne pas heurter la fierté de l’homme, qui a l’impression de garder l’initiative. Dans une soirée, la naïve ne s’occupe pas des hommes qui l’entourent, elle discute tranquillement avec ses connaissances.
Lorsqu’un homme l’aborde, elle va se comporter un peu comme une enfant, elle sera souriante, malicieuse, charmante. Elle ne brillera pas particulièrement par son discours, elle ne contrariera pas l’homme qui lui parle, mais marquera plutôt son admiration pour ce qu’il lui dit. Lui sera attendri par cette femme enfant qu’il sentira si fragile qu’il aura besoin de la protéger. C’est sur ce tableau qu’elle jouera, par exemple, pour lui
demander de la raccompagner chez elle parce qu’elle a peur toute seule la nuit. Pour le remercier, elle lui proposera de passer prendre le thé le lendemain. S’il refuse, elle se montrera attristée, et lui proposera une autre date, jusqu’à ce qu’il accepte. Et  chaque fois
qu’ils se verront, elle se montrera très gentille et l’invitera pour goûter sa tarte ou son chevreuil, le sollicitant jusqu’à ce qu’il accepte. Elle l’appellera le soir, pour lui proposer telle activité pour laquelle elle a des places gratuites etc… Elle l’entourera de ses petits
soins et, quand il se regardera dans ses yeux, il aura l’impression d’y voir l’homme le plus admirable du monde. Elle le louera en public, et son Ego ne pourra pas résister à  cette image qu’il aura de lui-mme à travers elle.

Cette technique tient son efficacité à ce qu’elle flatte l’orgueil de l’homme. Mais elle demande le sacrifice d’une part de la personnalité de la femme, du moins en public. Il lui sera aisé, dans l’intimité, de reprendre les rennes pour faire savoir qu’elle sait ce
qu’elle veut.

La femme fatale

La femme fatale met en avant sa féminité, c’est-à-dire qu’elle joue surtout sur l’aspect physique, en accentuant ce qu’elle pense être excitant pour un homme : décolleté plongeant, lèvres très rouges, tour des yeux très marqués, jupe fendue ou pantalon en cuir
moulant, port de tête assez hautain, elle se présente comme quelqu’un de sûr de son charme et de son pouvoir de séduction. Sa stratégie d’approche de l’homme qu’elle a choisie est offensive. C’est elle qui ira l’aborder, pour lui demander du feu par exemple. Elle saura jouer de ses longs cils, se débrouillera pour l’effleurer, croisera haut les jambes, bref déploiera toute sa sensualité pour lui faire tourner la tête. Tout ce discours non verbal aura pour objectif de signifier sa disponibilité ; il est donc très animal. En ce sens, la
femme fatale est le pendant du mâle dont nous avons parlé précédemment. Elle joue sur des registres très archaÏques, visant l’homnme au-dessous de la ceinture.
Une fois qu’elle l’aura attiré à  elle, il ne lui restera plus qu’ à montrer les autres qualités dont elle est pourvue.
Un des dangers de cette technique est que l’homme ne soit intéressé que par l’aspect sensuel de la femme, c’est-à-dire qu’il ne voit en elle que son érotisme, sa sensualité, et qu’il se moque de ce qu’elle peut proposer d’autres. Les relations se limiteront alors  la
sexualité. Un autre danger est de trop accentuer l’aspect provocateur. La femme fatale sera alors jugée inquiétante, elle risque de faire fuir l’homme au lieu de l’attirer. Il ne faut pas oublier, chère madame, que les hommes n’aiment la plupart du temps pas se sentir un objet dans les mains d’une femme. Il faut donc malgré tout trouver le moyen de le valoriser, le simple fait d’avoir été choisi parmi les autres ne lui suffisant pas.

 La rigolote

La rigolote est le pendant féminin du comique. Elle s’en diffrencie néanmoins nettement : si le comique a une stratégie offensive, la rigolote, elle, n’aborde pas directement l’homme qui lui plaît.
Elle tâchera au contraire de se montrer drôle en général, par exemple en faisant rire la totalité du groupe dans lequel elle se trouve. C’est pourquoi la rigolote séduit rarement des hommes qu’elle ne connaît pas du tout. C’est au contraire sa bonne humeur
constante, sa jovialité continuelle qui charmeront celui qui a l’occasion de la côtoyer. C’est lui qui alors prendra l’initiative d’approfondir la relation qu’il aura avec elle.
Il faut dire que la rigolote est rarement très jolie. Son humour remplace son manque de beauté ; c’est pour cela qu’elle doit éviter les propositions directes qui risquent de faire fuir l’homme qu’elle a choisi. En fait, la rigolote est souvent la bonne copine avec laquelle
l’homme décide un jour d’aller plus loin parce qu’il la connaît, qu’il sait qu’elle est agréable à vivre, qu’elle est amusante et qu’il passera avec elle d’excellents moments. La rigolote doit donc se montrer constante dans sa bonne humeur, et patiente. Le risque est
simplement que l’homme attend autre chose d’une femme.

La femme-mère

Sa stratégie de séduction consiste à proposer à l’homme un cocon dans lequel elle s’occupe de tout, lui règle ses problèmes, le prend en charge. Au début, elle choisira
un homme seul, un peu déprimé ou stressé. Elle va s’intéresser à  lui, le plaindre et lui proposer, éventuellement, de l’aider. S’il est débordé et en retard sur le document qu’il doit écrire, elle lui propose de le taper à sa place. Si sa voiture est en panne, elle s’offre
comme chauffeur, ou lui prêtera la sienne. S’il cherche un emploi, elle s’occupe de lui présenter la personne qui lui faut. Elle se montre toujours généreuse, compréhensive, disponible. A chaque rencontre, elle amène l’autre à lui parler de lui, de ses problèmes ; elle le plaint, le réconforte, lui mitonne de bons petits plats pour lui remonter le moral. Bref, elle lui offre son giron pour qu’il puisse s’y réfugier à chaque difficulté.
C’est donc à son côté enfant qu’elle s’adresse. Ce qu’elle met en avant chez elle n’est pas sa part féminine, mais sa part maternelle. En cela, cette méthode est très efficace avec les hommes immatures ou ceux qui ont un passage vide et qui ont besoin de quelqu’un sur qui se reposer pendant un moment.

Le risque est d’étouffer l’autre, de le faire fuir par une présence trop marquée,
de ne pas respecter son besoin d’indépendance. Il faut donc bien doser ses attitudes, pour proposer sans imposer.

On dit qu’une femme qui ne peut pas attirer un homme par son charme le charmera par sa cuisine !

On l’a vu, les stratégies de séduction sont variées. Elles dépendent de la personnalité de celui ou celle qui les emploie, de la personnalité de celui ou celle à qui elles s’adressent, et également des objectifs visés.

Enfin, maintenant c’est à vous de jouer.

J’espère que ces conseils vous permettront de trouver puis de garder à vie la femme ou l’homme de votre vie pour le meilleur et pour le pire.  ( Bon, je sais que de nos jours, pour cela, il faut beaucoup prier le seigneur ! )

Mais, entre nous,  sois sérieux-se quand même 😉