Leçon N°1: Les Techniques De Séduction

Le discret

Le discret part du principe qu’il ne faut pas en faire trop pour être remarqué.

Il passe en général ses soirées dans un coin, appuyé contre un mur ou accoudé au bar. Ce n’est pas lui qui fera le premier pas pour aborder une femme qui lui plat. Il attend que son attitude retirée réveille en elle la curiosité ou l’instinct maternel, c’est  dire l’envie de s’occuper de ce pauvre garçon qui a l’air de tellement s’ennuyer. Une fois qu’elle l’aura abordée, il se débrouillera pour être très gentil, en lui offrant un verre, en s’intéressant  à elle, et se plaindra discrètement de sa solitude. Bref, il s’arrangera pour ne plus la lâcher. On peut dire qu’il ressemble un peu à une araignée qui tisse sa toile et attend tranquillement que sa proie vienne s’y prendre.

L’avantage de cette technique est qu’elle demande peu d’énergie, et donne l’illusion que l’on ne doit son succès qu’ son charme.

L’inconvénient est qu’elle n’est pas toujours efficace. Si la concurrence est vive et agressive, on risque de rester collé seul  à son comptoir tandis que la belle s’en va au bras d’un autre.

Le persévérant

Contrairement au premier qui attend, le persévérant va pister sa proie, parfois sur un temps très long. Il va d’abord repérer les endroits où il est possible de la rencontrer, et se débrouiller pour s’y trouver au même moment. La fréquence de ces rencontres permettra,
peu à  peu, de se rapprocher de l’autre : ce sera d’abord des regards signifiant que l’on se reconnaît, puis quelques sourires. L’étape suivante, plus délicate, consistera à aborder l’autre. Les prétextes peuvent être divers. Ensuite, le persévérant, petit à  petit prendra sa
place dans la vie de l’autre en multipliant les marques d’attention. Sa persévérance  deviendra rapidement une habitude et, lorsque l’occasion s’en présentera, il pourra resserrer son approche et embrasser l’autre, etc.

Cette méthode est en général très efficace. Elle permet d’attendre son heure en préparant le terrain. Elle est particulièrement recommandée si celle que vous voulez séduire n’est pas célibataire. Mais elle demande beaucoup de temps et d’énergie. Le risque est qu’en
chemin, vous ne soyez détourné de votre objectif par quelque joli minois d’un accès plus facile. Ou qu’au contraire, vous ne soyez déçu lorsque vous aurez enfin conquis le fruit de vos efforts, peut-être, parce qu’elle est invivable malgré son charme.

 Le comique

Le comique est, en général, défavorisé par son physique, mais ce n’est pas une obligation. Lui part du principe qu’une femme qui a ri a un pied dans son lit. Les occasions de rire sont rares, elles sont donc appréciées.
Les manoeuvres d’approche du comique sont souvent assez directes. Il abordera sa belle par une plaisanterie, ou une maladresse. La première méthode est plus délicate à utiliser, parce qu’elle demande beaucoup de finesse. Le danger de cette technique étant en effet de paraître lourd, ce qui a l’effet inverse de celui recherché. Il vaut mieux alors que la belle soit  en groupe, elle se méfiera moins.

Mais on peut aussi utiliser l’humour  à ses dépends, en se montrant par
exemple très maladroit. On éveillera ainsi chez l’autre l’envie de nous protéger contre nous-même, on l’attendrira. L’humour a comme avantage d’autre part qu’il permet de dire bien des choses, en leur enlevant leur caractère sérieux. Or les femmes ont souvent peur
de ce qui est trop sérieux. Une déclaration d’amour pathétique risque de les faire fuir parce qu’elles n’ont pas envie de s’engager d’emblée dans une aventure sérieuse.

Mais la même déclaration, truffée de jeux de mots, saura, par sa légèreté, les rassurer.
On peut ranger dans cette catégorie les tours de passe-passe, qui obtiennent généralement un franc succès. Ils éveillent le côté enfant de l’autre. Il ne reste plus ensuite qu’à profiter de son émerveillement.
Cette technique est efficace parce qu’elle est en général peu utilisée. Mais elle demande beaucoup de doigté.

Trop de comiques fatiguent leurs interlocuteurs au lieu de les distraire, ou sont jugés grossiers. D’autre part, elle risque de facilement s’essouffler, et il faut sans arrêt se renouveler. Aussi je vous conseille, une fois votre belle séduite, de tabler sur d’autres aspects de votre personnalité (créativité, gentillesse, intelligence, finesse…) pour la garder.

 Le surprénant

C’est sur son originalité qu’est basée toute sa stratégie. Selon son principe, il faut déstabiliser une femme pour qu’elle tombe dans vos bras.

Prenons un exemple : vous arrivez dans une soirée, vous discutez avec des amis et remarquez du coin de l’oeil une charmante inconnue. Vous allez l’ignorer toute la soirée, et bien entendu le faire sentir. Pour cela, vous allez lui écraser les pieds et à peine vous
excuser, de façon à ce qu’elle pense n’avoir aucun effet sur vous. Puis  la fin de la soirée, vous allez vous rapprocher d’elle et lui proposer de lui offrir le petit déjeûner  à une terrasse sous le Pont Mirabeau, ou à Barcelone, ou à Genève 😉 Surprise et
intriguée, la jeune femme acceptera. Puis, pour ne pas tomber dans le travers d’une discussion polie entre deux inconnus, vous vous mettrez  lui parler franchement de vous, sans détour, sans chercher à lui masquer vos défauts. Après quoi, vous la raccompagnerez, et attendrez qu’elle vous demande votre numéro de phone. Sa curiosité l’amènera à vous rappeler.
Par la suite, vous aurez toujours quelque activité originale à  lui proposer, en prenant soin de toujours être en marge par rapport  à ce qui se fait habituellement. Vous l’inviterez  un repas de Noël, sapin compris, au mois d’octobre, vous l’emménerez skier sur les glaciers au mois d’août. Enfin, vous voyez ce que je veux dire.

Cette technique marche très bien avec les femmes qui n’ont pas grand besoin de sécurité. Mais n’en faites pas trop, et laissez- la de temps en temps se reposer.
Attention aussi  à ne pas faire de l’originalité une habitude, ne vous forcez pas  à faire ce que vous n’avez pas envie.

Le galant

Cela  peu faire ringard quelque fois et vieux, mais toujours efficace, le galant paraît souvent aux yeux de la femme comme un havre de douceur dans un monde de brutalité. Il connaît parfaitement toutes les règles du savoir-vivre, et les applique à bon escient. Sa force est dans le côté désuet de sa démarche.

Il est toujours très attentif : il sait sortir son briquet quand une femme prend une cigarette, il l’aide à mettre son manteau, lui pousse sa chaise. Elle, charmée, le remarque forcément. Lorsqu’elle le remercie, il incline légèrement la tête et, éventuellement, lui fait un léger compliment. Oh ! quel ringard 😉

La fois suivante, il la saluera en arrivant et, par exemple, appellera le serveur pour qu’il lui serve de sa part une coupe de champagne, ou lui fera parvenir un petit mot avec quelques phrases gentilles, du type « vous(t’ès) êtes particulièrement en beauté ce soir ». Plus tard, il lui offrira des fleurs, puis des livres, ou des bijoux. Même si la belle est accompagnée, sa politesse empêchera son rival d’intervenir. Il peut par exemple, en utilisant un peu d’humour et l’effet de surprise, lui baiser la main pour la saluer. Cette technique a pour avantage que vous serez très probablement jugé exquis par la belle-mère, ce qui est toujours rassurant.

Mais elle sous- entend un certain nombre de contraintes : vous devez avoir une tenue vestimentaire en adéquation (être habillé tout cuir et se comporter comme ça risque
de provoquer la risée), et surveiller votre attitude pour ne pas vous laisser aller  des débordements. N’oubliez pas que, grâce à votre galanterie, vous êtes jugé comme
quelqu’un de distingué. Pour ne pas casser tout votre effet, il vous faudra éviter de jurer ou roter en présence de votre belle ! (genre: putain, merde, etc !)
Il est intéressant de noter que c’est dans cette catégorie des galants, quoiqu’un peu en périphérie, là où la galanterie est plus discrète, que se trouvent les cultivés, les intelligents, les brillants, ceux qui  séduisent par ce qu’ils savent, par leur discours.

 Les mâles

C’est dans cette catégorie que l’on trouvera les gros bras , les aventuriers, les sportifs, les rockers, bref tous ceux qui comptent sur leur virilité pour séduire une femme.
Ils partent du principe qu’une femme est fragile et a besoin de se sentir protégée. Pour la séduire, ils sont prêts à se battre avec d’autres hommes,  prendre devant elle sa défense ou celle d’un plus faible. Ils aiment porter des débardeurs qui laissent apparaître leurs muscles saillants. On peut dire que leur stratégie est la plus naturelle, en ce sens qu’elle se rapproche le plus de ce qu’on trouve dans le monde animal, où c’est en effet le rôle du mâle de défendre les femelles et leurs petits : on y retrouve les parades avec mise en valeur
des aspects physiques de la virilité (muscles, organes, génitaux), combat entre les mâles au profit du mâle dominant (que le plus fort gagne), comportement de propriété par rapport au territoire et à la femelle (possessivité et jalousie).
Cette technique fonctionne justement parce qu’elle repose sur ce qu’il y a de plus archaïque en nous, c’est-à-dire cette part animale. Celui qui la choisit peu donc d’emblée annoncer la couleur ; ce que l’on attend de lui n’est ni le raffinement, ni l’originalité, mais la force et la sécurité. Il sera donc prêt à intervenir et offrira directement ses bras à sa belle: « si ce type vous embête, dites-le-moi », ou « vous ne devriez pas rentrer seule, je vous accompagne à votre porte ». Ici aussi, le gros danger est de paraître lourd.

Bien souvent ceux qui choisissent cette catégorie dérapent et sont jugés dragueurs dans le sens péjoratif du terme, celui de l’importun. Entre « je vous raccompagne votre porte » et le classique « offrez-moi un dernier verre », il n’y a qu’un pas  franchir. Les femmes n’aiment pas les Don Juan de pacotille qui les assomment de « c’est à  vous ces beaux yeux » ou « allez, juste un petit bisou ». Etre viril ne veut pas dire s’imposer à l’autre. Si ce que l’on propose est de qualité, il sera pris.
Les catégories que nous venons de voir sont les catégories de base. Bien entendu, elles peuvent être plus ou moins nuancées, mais on peut voir à travers elles tous les comportements séducteurs des hommes.
Bien sûr, il y a des éléments dont je n’ai pas parlé ici, et qui aident beaucoup : la beauté,
l’intelligence, l’argent. Il va de soi qu’un mannequin, un riche ou une personnalité célèbre n’auront pas besoin d’avoir des comportements de séduction. Ils montreront leur frimousse, leur cadillac ou le simple son de leur voix pour qu’elles tombent toutes, et que ce soient elles qui cherchent  à les séduire. Mais leurs objectifs seront alors simplement matériels ou sexuels. Et il est prouvé que ni les plus beaux, ni les plus riches, ni les plus célèbres ne sont les plus heureux.
Et les femmes, comment s’y prennent-elles ?

C’est ce que je vous propose de voir dans le cours n°2 suivant. À bientôt.

Laisser un commentaire