Envie de sagesse : récit fantastique de la méditation de l’  » om « 

Om est la syllabe considérée par les hindous comme le son primordial et originel par lequel commencent la majorité des mantras, des paroles ou des sons divins et puissants.

Les Upanishad déclarent que tout, ce qui est existant et ce qui n’est pas existant, peut être contrôlé en prononçant cette syllabe sacrée Om. La méditation de l’Om comble tous les besoins et conduit à la libération spirituelle.

om-homme-meditationAujourd’hui, j’aimerais partager avec toi un récit fantastique dans lequel un marin rencontre un vieillard qui est plongé en pleine méditation transcendantale, en train de réciter un mantra.

« Il y a bien des années, vivait un marin qui avait parcouru de nombreux pays. Il avait visité des centaines de lieux et avait vu d’innombrables merveilles. Un jour, alors qu’il naviguait sur la mer, il trouva par hasard une île et il décida de s’y reposer. Il accosta le bateau et commença son exploration.

Sur toute la périphérie de l’île, telle une ceinture, une plage de sable blanc s’étendait et au cœur de celle-ci on trouvait une forêt tropicale. Tout était paisible jusqu’à ce que… Il lui semblait avoir entendu un bruit au loin et il s’arrêta pour prêter l’oreille. Il eut l’impression que le son provenait de la jungle, c’est pourquoi il s’en rapprocha. Il était maintenant sûr que ce faible son provenait de l’intérieur de la forêt. Il commença à ouvrir son chemin à l’aide d’une machette, et plus il pénétrait dans son intérieur, plus le bruit devenait intense. Il continua ainsi jusqu’à ce qu’enfin, il atteignit une clairière du bois, au centre de laquelle se trouvait un vieil homme assis au sol avec les jambes croisées.

om-meditation-omLe vieux monsieur avait les yeux fermés et récitait : « Mo, Mo, Mo » d’un ton doux et posé. Le marin resta là, debout, à l’observer et à l’écouter. « Mo, Mo, Mo » continua le vieillard. Le marin s’approcha finalement de lui et l’interpella en lui faisant une tapette sur l’épaule. Le vieillard, sortit lentement de sa transe et lui sourit.

-Excusez-moi, monsieur –s’exclama le marin-. Mais je crois que vous avez commis une erreur et que ce que vous devriez réciter est « Om, Om, Om ».

Le marin se sentit très fier de lui-même et il reprit le chemin du retour vers son bateau. Il le mit à flot, et quand il s’était déjà éloigné de la côte, il sentit une tapette sur son épaule. Il se retourna, et quelle ne fut pas sa surprise quand il vit que le vieil homme était là et qu’il lui dit :

-Excusez-moi de vous déranger, mais pourriez-vous me rappeler ce que je devais réciter ?

Le marin stupéfait s’écria : – mo, mo, mo.

-Un grand merci –répondit le vieillard, qui revint sur l’île en marchant sur l’eau. »

Cette fantastique narration met en évidence que les plus sages sont toujours les plus humbles, qui n’ont pas besoin de faire valoir ce qu’ils savent parce que telle est leur forme de vie. Une magnifique leçon.