Révolution: Deux Minutes Pour Réduire Ses Angoisses !

Cette technique révolutionnaire nous vient du célèbre pédagogue Luc Nicon, auteur de « Revivre sensoriellement ». Elle a en effet, cette cette particularité de venir à bout des émotions perturbatrices en seulement deux -2- minutes !

   Comment ?

« En prêtant attention, non pas à nos pensées ou à nos émotions, mais aux sensations physiques qu’elles occasionnent ».

Voici Comment « Revivre sensoriellement » en 5 points

  • Fermer les yeux

Cette étape va nous permettre d’aller plus loin en étant attentif à ce qui se passe en nous…

  • Porter l’attention sur les sensations physiques présentes dans le corps.

Immédiatement, une ou deux sensations s’imposent par leur intensité. Respiration, coeur, ventre sont régulièrement concernés.

Parfois, c’est une absence de sensations. Nous nous sentons absents, vides : c’est une autre expression de notre perturbation. Aussitôt que nous sommes attentifs aux sensations corporelles, nous cessons d’être en réaction émotionnelle.
C’est un mécanisme constant à condition d’avoir toute notre attention portée à nos sensations et rien d’autre. C’est-à-dire de ne faire aucun commentaire sur elles.

  • Laisser les sensations évoluer, se transformer d’elles-mêmes :

La réaction émotionnelle a disparu mais les sensations sont toujours présentes.
Cette nouvelle phase est la plus simple : nous n’avons rien à faire. Les sensations
physiques vont se transformer d’elles mêmes inévitablement. Elles peuvent être
impressionnantes mais nous ne risquons rien. Il peut y avoir une sensation d’étouffement.
Une seule voie : ne rien faire, laisser faire. Nous sommes si habitués à prendre les choses en main que ce peut être difficile.

  •  Laisser faire sans contrôler et sans a priori

La tentation la plus courante : contrôler. Un mouvement inattendu, une douleur physique, une nausée peuvent se produire. Toute intervention, toute tentative de contrôle ralentit le processus. Seul ne rien faire conduit à l’apaisement. Une partie de ce contrôle se fait parfois de manière réflexe quand on est habitué à d’autres pratiques d’évitement ou de relaxation. Il faut alors débrancher les réflexes acquis. Un autre écueil : trop se concentrer. Il s’agit de remarquer les sensations internes mais non de se focaliser dessus. Une attention trop volontaire ralentit le processus. Il convient seulement de prendre en compte la sensation physique, passivement.

  • Jusqu’à l’apaisement

Cette transformation des sensations physiques jusqu’à l’apaisement dure très peu de temps. Parfois quelques secondes. Plus couramment, la durée est de 20 secondes et peut aller jusqu’à 2 minutes 30. Au-delà, si des sensations désagréables se manifestent, c’est que nous « faisons » quelque chose qui contrarie la transformation des sensations. Nous nous focalisons sur ce que nous ressentons dans notre corps ou nous tentons de contrôler nos sensations au lieu de nous laisser entraîner là où elles veulent nous conduire. Il faut alors revenir à une attitude plus passive.
Au final, le corps s’apaise. Un véritable relâchement physique se produit. Toutes les tensions qui contraignent les différentes parties de notre corps s’estompent. Parfois,
une sensation particulière subsiste sous une forme atténuée. Elle disparaît dans les minutes qui suivent. Plus rarement, en même temps que le relâchement physique, de la tristesse nous submerge pendant quelques secondes. Des larmes peuvent monter alors que nous nous sentons paisible. Ces réactions physiques momentanées disparaissent également.

Pour aller plus loin et découvrir en profondeur le livre de Luc Nicon : Revivre Sensoriellement.

Vous pouvez vous le procurer à moindre coût en cliquant sur l’image ci-dessous:

  • Lob

    slt Loïc, ça fait plaisir. La prochaine fois n’hésitez à partager vos découvertes ou vos remarques.
    Au plaisir de vous lire aussi 😉

  • Loïc

    Slt Lob très intéressant ce billet, je me suis djà procuré le bouquin. Je suis universitaire en psychologie j’y ai appris des choses vraiment nouvelles. Merci pour la recommandation et bonne continuation.
    Au plaisir de lire un autre autre billet 😉