Solutions radicales pour combattre la timidité maladive

image-difficultés-vie-possible


LA TIMIDITÉ MALADIVE EXPLIQUÉE PAR UN EXPERT

>>> CLIQUEZ ICI POUR ACCÉDER À LA VIDÉO EXPLICATIVE <<<


 

Avant de combattre la timidité et de finir définitivement avec l’angoisse de la timidité maladive, il faut apprendre à mieux gérer, sans perdre la face, les situations sociales que nous rencontrons chaque jour. Et pour ne plus tomber malade de timidité, pareil, il faudrait continuer à gérer efficacement les interactions sociales du quotidien.

Voici donc quelques techniques ultra-efficaces que vous pouvez utiliser dès aujourd’hui pour commencer à vous sentir à l’aise dans le métro, en amphi, au travail, en réunion, etc, mais à condition que votre timidité n’ait pas atteint un certain degré.

Avant de lire les lignes qui suivent, je ne peux que vous conseiller de llire d’abord cette page où vous allez apprendre le plus grand mensonge sur la timidité. En clair vous allez apprendre qu’est ce que c’est réellement la timidité. Car soyons honnête, pour combattre la timidité, mieux vaut la connaitre véritablement, bien connaître ce qui nous arrive est en effet la première étape de la solution.

Quelques solutions contre la timidité

1) Évitez le retour vers l’intérieur ( le vôtre)

Très souvent la  timidité maladive fait qu’on devient égocentrique. Plusieurs personnes la définissent comme étant la peur du jugement des autres, en réalité, ce qui est en partie faux. Moi, ma timidité avait atteint un point de telle sorte que j’avais du mal quelques fois à parler devant mon propre frère, j’étais incapable de lui fixer les yeux quand je lui parle. Pourtant, je m’en fous vraiment de ce que les gens pensent de moi. Le fait est que c’est comme s’il y avait quelque chose en moi qui empêchait d’être moi-même. Plus je forçais à être normal plus c’est aberrant.  L’égocentrisme est un autre trait de caractère qui peut facilement rendre difficile les interactions sociales fructueuses, imaginez ce que devient l’état de ce pauvre type dont la timidité maladive le fait comporter comme un égocentrique. De toute façon, le timide maladif est déstabilisé dans ses relations sociales ou lorsqu’il fait partie d’un groupe ou par exemple dans le métro,  par le fait qu’il est égocentrique. En effet, même s’il n’est pas de ce trait de caractère, il se trouve qu’il a un brin d’égocentrisme qui est venu se greffé à son trait de personnalité.

Justement, c’est parce que l’égocentrisme n’est pas de son caractère naturel, qu’il est déstabilisé. Je m’explique. Le monsieur ou la dame type égocentrique de caractère, n’est pas du tout gêné ni par les regards ni par les discussions. Ce qui le gêne, en général, c’est sa contradiction, le fait de se voir refoulé par les autres, que ça soit dans une discussion ou dans les manières. Il réagit très violemment (pas forcément physiquement), lorsque son ego est atteint.

Au contraire, le timide lui, ressent un sentiment d’infériorité et paradoxalement c’est parce qu’il pense qu’il est un peu « extraordinaire » ou qu’il dispose peut être d’un avantage quelconque par rapport aux autres, qu’il attire toute l’attention de ces derniers. Cette « pensée » est en soi maladive, parce qu’elle est fausse et de surcroît relève en quelque sorte d’une tendance à la paranoïa. Cette pensée n’est pas normale, et c’est pour cela que le timide ne peut pas assumer les conséquences naturelles qui en découlent. L’égocentrique type, lorsque les regards sont rivés effectivement sur lui, c’est une belle occasion pour lui de renforcer ses manières ou mettre en avant son ego, mais pour le timide qui lui, hallucine, est profondément troublé par ces regards qui deviennent comme un lourd fardeau sur la tête.

Et dans bien des cas, les gens autour sont occupés eux aussi par leurs pensées, le timide n’est finalement victime que de sa propre pensée négative. Et donc c’est pas les autres mais bien c’est lui-même qui pose problème à lui-même.

Vaincre la timidité maladive, et éviter l’angoisse, c’est d’oublier en quelque sorte vous-même et de déplacer votre pensée vers l’extérieur notamment lorsque vous êtes dans les transports publics à l’heure de pointe ou encore dans un amphi si vous fréquentez l’université.

Aussi, aller vers les autres est le moyen le plus efficace pour être à l’aise ou pour se débarrasser de sa timidité. En effet, aller vers les inconnus ou non pour provoquer une discussion superficielle permet d’assimiler très rapidement la loi des interactions sociales et cela permet d’oublier votre conscience de vous-même. Car une fois, le timide prend le chemin du retour vers l’intérieur, il s’écroule totalement et laisse place à sa deuxième ou troisième personnalité. Oui, bien sûr le timide maladif a toujours une double personnalité.

Mais il est facile de dire d’aller vers les autres, mais quoi dire. Le timide se pose sans cesse cette question et du coup provoque son angoisse.

En effet, aller vers les autres, ça s’apprend aussi.

2) Presque Tout Se Prépare… Mais Une seule fois

Prenez l’habitude de se souvenir de ce que les gens vous ont dit dans une discussion antérieure. Cela vous servira de commencer une autre discussion avec la même personne, surtout que quand il s’agit d’une ou des personnes que vous voyez tous les jours. ( au travail, ou l’école par exemple).

Vous vous souvenez que Jonathan vous avait dit qu’il aimait un tel film, vous pouvez dire par exemple  « Hey John, tu sais que ton film préféré sort au ciné cette semaine…. en plus près de chez toi. Etc. » John pouvait vous parler de sa petite copine ou don fils par exemple. Il faut bien avoir en tête que pour provoquer une discussion agréable, il faut – dans bien des cas – ce qui ne déplaît pas à l’autre. Commencez par amorcer le dialogue, et puis le reste viendra tout naturellement.

Cependant, attention ne soyez pas érotomane ( en psychanalyse et en psychologie, c’est une personne qui éprouve l’illusion délirante d’être aimée) ne soyez pas non plus histrionique.

Par ailleurs, surmonter sa timidité maladive n’est pas seulement chercher à devenir volubile ou une petite pipelette. En effet, avant de pouvoir amorcer le dialogue, il faut être dans les bonnes conditions pour que l’autre soit capable d’être naturel avec vous ou qu’il ne devienne pas sommaire ou expéditif.

3) Envoyez les bons signaux

Une personne timide maladive est souvent mal catalogué comme asociale, agressive. En effet, le timide est toujours « coincé » dans son coin, à l’écart, déconnecté. Mais il n’a pas le choix, du coup il apparaît inaccessible. Les gens ont peur même de lui approcher alors qu’il est intérieurement la personne la plus gentille au monde et aimable comme un petit bébé bien parfumé!

Donc détendez vous ! Vous remarquerez que si vous déplacer votre émotion ou votre pensée de l’intérieur vers l’extérieur vous serez immédiatement à l’aise. C’est la première des solutions pour être attrayant. Aussi apprenez à sourire. En effet, souriez, non seulement vous vous sentirez à l’aise car ça vous détend, mais aussi vous faites plaisir à la personne avec qui vous parlez.

N’oubliez pas que vous n’êtes pas un histrionique ou un érotomane, et vous ne devrez pas vous dire « s’il ou elle ne sourit pas… » ou si vous remarquez que la personne en face ne semble pas « content »  « alors j’arrête de sourire ». Non, votre bonne humeur ne doit pas être une gaieté de complaisance, après tout vous chercher à vous forger un caractère positif. C’est cela l’objectif et rien d’autre. Donc, peu importe l’état des gens, souriez 😉

4) Contrôlez l’anxiété

La timidité maladive est un véritable machine à fabrique de l’anxiété sociale. Le timide atteint d’anxiété, il devient comme stupide, il perd l’harmonie de son corps, de ses manières tout est saccadé. Quand vous êtes soudainement atteint d’anxiété, vous pouvez la contrôler efficacement par ces 3 solutions ci-dessous:

  • Maintenez votre haleine plus longtemps possible que votre inspiration. Cela  a la magie détendre très rapidement  le corps et l’esprit. Vous remarquerez très vite, qu’une fois débarrassé de cette anxiété, que vous vous sentirez plus détendu, vous vous sentirez aussitôt plus sociable.
  • Aussi, une fois que vous vous sentez détendu, répétez mentalement ou à voix basse,  » je suis calme et je resterai calme ».  L’auto-suggestion positive est effet, l’un des solutions les plus efficaces dont les effets sont immédiats sur votre timidité maladive.
  • La visualisation mentale, alors là, je vous livre l’un des secrets les mieux gardés des personnes qui font des « miracles » aux yeux du monde.  En effet, par la visualisation mentale, vous rééduquez votre imagination, ce qu’habituellement, on appelle subconscient ou le mental réactif. C’est lui votre premier ennemi à abattre car c’est lui qui transforme négativement votre vue sur la vie. Ce qui vous fait penser à tout et n’importe quoi sur vous-même: sentiment de grandeur comme on l’a vu ci-dessus, sentiment d’infériorité, etc. Utiliser continuellement  la visualisation mentale contre votre timidité excessive. Comment faire ? Tous les jours, prenez 5 à 10 minutes de votre temps, allongez-vous chez vous, à la pause au travail, peu importe, l’essentiel est que ça soit un lieu confortable et que soyez à l’aise:

       ——>    Respirez profondément et lentement. Concentrez-vous sur votre respiration. Imaginez-vous votre prochaine situation sociale, imaginez que vous avez l’air détendu, confortable et même bavard.  Bref, imaginez tout l’état où vous aimeriez être dans votre vie sociale, professionnelle, etc. Puis visualisez vous exactement dans cet état. Associez à cette pratique une sensation de plaisir.  Je vous jure que vous serez étonné-e de la façon dont cette préparation ‘auto-hypnotique’ aura une incidence positive et concrète sur la façon dont vous sentirez réellement dans votre vie.

Vaincre sa timidité handicapante demande une volonté réelle de votre part de changer. Changer, cela se décide également. Pensez à ce que ressemblerait votre vie en étant débarrasser complètement de la timidité maladive.

On ne peut pas s’épanouir et aspirer au bonheur lorsque l’on n’a pas d’objectif dans la vie, quel soit personnel ou social.

La seule chose qui puisse tuer un rêve, réduire une ambition personnelle à une illusion angoissante, c’est votre timidité maladive. Et cette timidité, elle n’est pas fatale, et croyez ceci, ce n’est pas une maladie qu’on peut guérir avec des cachets ou de recommandations de quelque spécialiste que ce soit sans votre engagement personnel.

Même pas ces thérapies dites comportementales ou cognitives.

En effet, vous n’avez pas besoin de vous faire modifier votre comportement ou d’adopter quelques attitudes que ce soient qu’un individu « normal », « standard », « imaginaire »aurait adopté dans une situation  donnée. Sachez que vous êtes unique, et tout le monde est unique. 

Tout ce que vous avez besoin pour lutter efficacement contre votre timidité maladive, c’est de supprimer exactement la source de la maladie en vous. Et cette dernière a pris le temps de bien s’y installer et de désagréger totalement votre personnalité.

C’est bien pour cela que la personne timide maladive est comme disloquée à l’intérieure d’elle-même. Elle est le seul témoin de ces conflits internes en elle qui la rongent en silence, qui lui font commettre des aberrations, parfois des stupidités ou encore l’enferment dans une sorte de bulle dorée d’idées négatives, superflues et stressantes.

C’est pourquoi vous n’aurez pas besoin qu’on vous « éduque » une nouvelle fois dans le but de vous faire adopter d’autres comportements. Non, vous n’avez pas besoin d’autre personnalité, vous en avez déjà en tant que timide maladif.

Tout ce que vous avez besoin, est donc de retrouver votre propre personnalité  que la maladie de timidité a cachée, absorbée.

En effet, tout votre combat de timide maladif, est de retrouver cette personne merveilleuse qui est enfouie en vous pour ainsi découvrir le monde devenir tendre à votre égard. Car en réalité, je le redis, le monde extérieur n’est que le reflet de votre intérieur. Changez, ce monde intérieur, vous serez alors surpris-e de la forme positive que les autres prendront devant vous. Vous serez surpris-e de vos nouvelles compétences, de votre influence positive sur les autres.