Le Timide maladif, miné par le flux de ses pensées noires

image-pensées-noires-timideChacun réagit d’une façon ou d’une autre devant une situation déterminée, au-delà de ce que peuvent dire ou faire les autres devant la même situation.                         Chaque individu est un monde, et chacun mène un discours en accord avec ses propres expériences, ou celle des autres. Le timide lui aussi constitue un monde à part entière mais un monde plein de pensées absurdes, d’idées irrationnelles et très négatives qui se dirigent directement vers lui-même.

Le timide vit dans un monde qui échappe complètement à son contrôle

Nous sommes influencés par ce que nous avons appris socialement, en famille et culturellement. C’est à partir de cette base que nous avons développé des croyances et des règles qui nous font agir et réagir d’une manière ou d’une autre devant les événements de la vie. Le timide lui, a attrapé une maladie de timidité, qui est venue se greffer au fondement même de sa personnalité pour dévier totalement la trajectoire de cette dernière.

C’est vrai aussi que nos réactions sont souvent automatiques, en fonction également de ce que nous attendons des autres. Nous assumons ce que les autres devraient logiquement faire eux-mêmes en adoptant un comportement ou un autre, mais lorsque nous nous rendons compte que ce contrôle ne nous appartient pas, une réponse psychique automatique se déclenche.

Le timide maladif, lui, perd ses moyens, perd le contrôle de ses émotions, et ne cesse de s’enfoncer dans la dépression en renonçant à tout espoir de devenir un jour « normal » et parfois carrément à son objectif de vie. Il se  résigne alors à survivre dans les limites de son expérience personnelle.

Dans ces relations sociales, le timide maladif accorde pourtant trop d’importance aux autres. Que ce soit au travail, en groupe, en famille, entre amis, à l’école, etc. Cela tient du fait qu’il est extrêmement émotif.

Dans ces moments-là, il oublie de quoi il est  capable, puisque tous ses efforts sont axés sur les défis. Il oublie que tout est temporel, et ne donc relativisé.

Pourquoi s’obstiner et se faire trop de soucis, à vouloir tout résoudre, vu qu’il existe toujours une issue ? Il est préférable de garder et de concentrer plutôt cette énergie pour l’investir dans tout ce qui va te permettre d’aller de l’avant.

Le timide maladif réagis très souvent d’une façon déterminée parce que ses souvenirs ou expériences douloureuses du passé font toujours surface dans le présent, et l’influencent très profondément. 

Pour combattre la timidité maladive, tu devras apprendre à « oublier ». Oui oublier les expériences douloureuses permettent de ne plus avoir peur de s’engager. (Mais n’oublie pas que « apprendre » aussi s’apprend et c’est tout l’objet de cet article.)

Se laisser envahir par le souvenir d’expériences d’angoisses que tu aurais dans le passé et choisir de ne plus prendre de risque lorsque tu veux t’engager dans une interaction sociale,  cela est un très mauvais choix, le pire que tu pourrais faire. Car se retirer, ne permet absolument pas de ne plus revivre l’angoisse. En effet, tu es humain et donc, obligatoirement, un jour ou l’autre tu vas sortir de chez toi et là l’angoisse ne sera plus dure à vivre.

Justement, c’est parce que la timidité te ronge que tu ressent du plaisir à rester dans ton coin. Sache que tu dois bouger. Pour combattre ta timidité excessive, tu dois nécessairement apprendre à te vider la tête de ces flux de pensées noires qui forment chaque jour, des croyances. Donc chaque jour, croyances sur croyances pour devenir UNE croyance. Cette croyance peut être inconsciente ou consciente selon les personnes. C’est croyance, c’est :  » je suis incapable »,  » je suis nul-le », je ne peux pas ». Alors que « FAUX ».

Tu ne veux pas simplement te poser un « défit », tu ne veux pas « bouger ». Avoue le !

Pourquoi c’est si difficile de « bouger »? de prendre les choses en main ? de se montrer « capable »?…

Bref, pourquoi c’est si difficile de se débarrasser de toutes ces croyances qui nous limitent dans notre timidité qui ne cesse de nous empêcher d’être nous-même, qui nous empêche de sentir réellement la vie ?

C’est parce que tout simplement, les pensées telle « je suis incapable »,  » je suis nul-le », je suis destiné à l’angoisse », « je n’y peux rien », etc. ces expressions font elles-mêmes partie de la timidité maladive dont il est question. Ces pensées destructrices font partie des pièces qui composent la timidité maladive. Et c’est par elles, que la timidité se renforce, se nourrit et perpétue ses effets. C’est comme si on disait à une personne angoissée de se calmer. Non, c’est l’insulter que de lui dire « calme-toi » car c’est bien ce qui lui est impossible qu’elle est angoissée. Pareil, dire à un timide « calme-toi », « n’aie pas peur, ce n’est qu’une personne comme toi qui te parle, alors reste tranquille »… dire des âneries pareilles à une personne atteinte de timidité maladive ou tout simplement angoissée, c’est l’insulter

Donc, retiens bien ceci, pour vaincre ta timidité maladive, tu dois commencer par combattre tes idées noires, les pensées négatives, c’est-à-dire aussi contrôler tes émotions négatives qui sont source de tes croyances négatives.

D’ailleurs, les croyances, tes croyances à toi, sont fixes alors que dans la vraie vie, dans notre vie sociale, tout est en mouvement, tout se transforme, rien n’est jamais pareil, ce qui t’es arrivé hier ne t’arrive pas forcément aujourd’hui ou pour toujours.

Nous agissons en fonction de nos croyances et des références qui conditionnent notre conduite puisque nous puisons automatiquement, par association d’idées, dans les événements passés ou dans les expériences d’autrui pour interpréter des situations présentes, sans penser à vouloir améliorer les choses, respirer ou agir d’une manière adéquate.

La plupart des situations qui nous semblent négatives au premier abord, peuvent devenir positives en sachant comment agir pour en tirer parti à notre bénéfice.

Désormais, tu dois apprendre à pardonner tes expériences douloureuses  d’angoisses de timide mou ou qui s’est ridiculisé là-bas quelque part, et de ne retenir que les expériences qui te font du bien, celles qui te permettent d’avancer.

 Retiens bien ceci :

Nous ne pouvons pas changer les circonstances, mais nous pouvons TOUJOURS changer la manière dont nous réagissons devant une situation ou une autre.

Crois-moi, je te livre mon témoignage à partir de mon expérience et de mon long parcours de timide maladif : si tu changes d’attitude envers la vie, la vie te changera également.

Voici Comment Faire : [sociallocker]

Devant l’évidence : tout dépend de l’interprétation que l’on fait de ce qui nous arrive, de notre façon d’interpréter les expériences du passé, de les associer pour créer le chaos, le drame, la rage, la colère, la haine, la peur.

Pourquoi ne pas choisir tout simplement de voir les choses avec conscience c’est-à-dire sans « arrière-pensée », amour, patience et tolérance pour voir comment la vie nous fortifie ? Nous pouvons apprendre des expériences, en prenant conscience que le fait de s’inquiéter pour tout et de se sentir constamment « oppressé », ne sert à rien.

Nous acceptons beaucoup d’idées comme s’il n’y avait qu’une seule et unique vérité, mais cela n’est qu’une simple optique personnelle d’une réalité qui est toujours en mouvement. Pour nous, ces idées sont réelles et leur interprétation nous enchaînent, nous affectent. Et si, nous leur donnons tout pouvoir en plus, alors au lieu d’avancer, nous sommes paralysés.

Nous avons entre nos mains le pouvoir de choisir nos pensées, pour nous sentir d’une manière ou d’une autre et d’agir à notre bénéfice ou pas.

Nous avons une image « parfaite » de la vie. Lorsque cette perfection devient un but à atteindre, l’essence de la vie s’estompe, étant donné que nous cherchons alors à avoir le contrôle de chaque pas que nous faisons, mais la vie est une surprise.

Accepte alors d’être ridicule, car de toute façon tu n’es pas parfait-e. Et accepte de faire des expériences.

boulanger-de-la-vie-timidite-maladiveTu es le boulanger de ta vie ! 

La vie n’est pas une succession de faits prédéterminés aux ordres de nos réactions multiples et de nos contrariétés. La seule chose certaine, c’est qu’il n’existe aucun contrat signé qui te prédestine à l’échec ou à quoi que ce soit.

Alors, détends-toi et profite pleinement de la vie : arrête d’attendre que les événements se déroulent comme tu le souhaites.

Choisis comment réagir : cette réalité que tu attends n’existe que dans ton esprit. Elle n’existe pas dans le réel, et la vie t’offre un autre panorama. Pense comment ce panorama que tu as en face de toi peut te conduire là où tu le désires, ce que tu dois faire ou reconsidérer.

Tout ce qui nous arrive doit nous servir de leçon de façon à savoir prendre de meilleures décisions dans l’avenir.

Nous vivons tous la vie, mais comment la vivre est un choix personnel. Tu as l’opportunité de transformer ton regard sur les choses ainsi que tes réactions pour te sentir en accord avec la vie, pour la découvrir, parce qu’elle est là, juste en face de toi.

Et surtout n’oublie pas :

si quelque chose te déplaît, change-le, et si tu ne peux pas le faire, change alors d’attitude vis-à-vis de ce qui t’arrive.

Enfin à lire la fin de cet article, on dirait que je suis entrain d’expliquer et de sous-entendre que lutter contre les émotions négatives – qui génèrent ainsi des pensées négatives – est une question de volonté. Non ce n’est pas ce que je voudrais passer comme message à travers cette page ou ce site, car c’est absolument faux de croire que combattre la timidité maladive est une question de volonté. On ne peut pas accuser un malade de sa maladie qui plus est mentale! J’essaie surtout à travers ces lignes de vouloir bousculer un peu le monde mystère dans lequel timide, tu t’es enfermé. Réveiller en toi, le soupçon qu’un autre monde est possible même pour toi et que le fait d’être atteint d’un handicap mental tel que la timidité maladive (avec toutes les panoplies de troubles mentaux qui l’accompagnent) ne signe pas la fin du monde, ni celle de ta vie, ni celle de tes rêves, ni celle de tes ambitions sociales. Il y a une solution. Tu peux t’en sortir.

Donc, retiens ceci, tu peux guérir de tes angoisses quotidiens, de tes peurs, de tes phobies, de ton hyperactivité, de tes émotions négatives; oui, tu peux guérir ta timidité maladive.

Mais comment ? Mes lecteurs fidèles le savent déjà, sur ce site je ne vends rien, je ne pas coach ni vendeur de rêve, je ne partage que le « scientifiquement sérieux » et le »scientifiquement prouvé ». Pour réussir à combattre tes émotions négatives ainsi que tes troubles mentaux (y compris la timidité maladive, je ne peux que te recommander -très sérieusement – de lire le livre du docteur David Servan-Schreiber dont tu te trouveras une présentation en haut du site dans le menu « Livres- Bibliothérapie– ou directement sur CETTE PAGE. [/sociallocker]